•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser couler librement l’alcool entre les provinces est une bonne idée, selon un économiste

Une femme avec un chariot dans un magasin d'alcool.
Le Manitoba veut éliminer les limites sur le transport de l'alcool entre les provinces. Photo: Gracieuseté

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a écrit à ses homologues pour réclamer l'élimination des restrictions sur le transport d'alcool de province en province. Ce geste survient une semaine avant la réunion des premiers ministres au Nouveau-Brunswick.

M. Pallister veut éliminer les restrictions sur le transport interprovincial d’alcool par les particuliers, selon une lettre portant sur ses priorités en amont de la réunion et obtenues par La Presse canadienne.

Il affirme que cette proposition est très populaire auprès du grand public et que ce serait un progrès pour l’élimination d’autres restrictions sur l’échange interprovincial.

En avril, la Cour suprême du Canada a jugé constitutionnelle une loi du Nouveau-Brunswick qui a mené à une amende de 240 $ pour un homme qui rapportait de la bière et de l’alcool fort du Québec.

Selon la cour, les provinces ont le droit de promulguer des lois qui limitent le commerce, si elles ont une bonne raison pour les justifier. Dans le cas du Nouveau-Brunswick, c’est la volonté de contrôler l’offre d’alcool dans la province.

Les Canadiens largement favorables

Selon l’analyste en politiques publiques à l’Institut économique de Montréal, Alexandre Moreau, cette initiative est « une bonne idée ».

« Il est paradoxal qu’au Canada, on critique les mesures protectionnistes mises en place par les États-Unis, mais qu’on laisse passer des mesures similaires entre les provinces », analyse-t-il.

Dans le contexte actuel de guerre commerciale avec Washington, « il est d’autant plus important de s’unir et de commercer entre Canadiens », dit-il, estimant que plus de la moitié des 300 pages que compte le traité interprovincial actuel concerne des exceptions à la libre circulation des biens.

« À l’Institut, nous avons réalisé un sondage dont les résultats ont montré que 80 % des Canadiens étaient favorables à un libre-échange entre les provinces, particulièrement en ce qui concerne l’alcool », ajoute encore Alexandre Moreau.

Le coffre d'une voiture rempli de caisses de bière.Une vieille loi limite la quantité d'alcool qu'il est permis de rapporter d'une autre province au Nouveau-Brunswick. Photo : CBC

De son côté, le premier ministre manitobain souligne aussi d’autres barrières commerciales, comme la réglementation de l’industrie du camionnage en ce qui concerne la taille et le poids des camions, ou encore les règles qui régissent les abattoirs.

« La Banque du Canada estime que l’élimination des barrières commerciales pourrait augmenter le PIB de l’équivalent de 1500 $ par année par habitant. Dans cette optique, les coûts de l’inaction sont élevés », dit-il.

Les autocars à l’ordre du jour

Les premiers ministres se rencontreront du 18 au 20 juillet pour discuter d’une variété de sujets, notamment les questions autochtones et le transport en autocar.

La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, souhaite trouver un remplacement pour Greyhound, qui élimine tous ses trajets dans l’Ouest canadien, sauf un trajet en Colombie-Britannique.

« Je vais soulever cette question au Conseil de la Fédération pour trouver des solutions communes avec mes collègues et le gouvernement fédéral, pour être sûre que les habitants de l’Ouest canadien, surtout ceux vivant en milieu rural, dont nombre de communautés autochtones, auront accès au service de transport qu’ils méritent », déclare Mme Notley.

De son côté, Brian Pallister souhaite que le secteur privé prenne la relève. Une entreprise de l’Ontario a déjà annoncé son expansion prochaine dans l’Ouest canadien. Des subventions gouvernementales pour l’industrie du transport en autocar ne sont pas une solution durable, dit le premier ministre du Manitoba.

Avec les informations de La Presse canadienne

Manitoba

Politique provinciale