•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alcool et sécurité : le premier ministre de l'Ontario tient ses promesses

Le reportage de Philippe Leblanc
Radio-Canada

C'est un discours à saveur économique et axé sur les travailleurs que la lieutenante-gouverneure de l'Ontario, Elizabeth Dowdeswell, a lu jeudi après-midi. La sécurité prend aussi une place importante dans ce premier discours du Trône du nouveau premier ministre, Doug Ford, le gouvernement promettant de « lever des restrictions trop strictes » imposées à la police dans les années du règne libéral.

Un texte de Camille Feireisen

La lieutenante-gouverneure a présenté le plan d'action du nouveau gouvernement. Celui-ci vise à donnerla priorité à la population.

Les conservateurs avaient déjà indiqué que leurs trois priorités pour la session d'été seraient de sortir l'Ontario du marché du carbone commun avec le Québec et la Californie, d'annuler un projet d'éoliennes dans le comté de Prince Edward et de forcer le retour au travail des chargés de cours de l'Université York et du Collège Glendon, en grève depuis mars.

Nous mettons fin à l'impasse de la grève à l'Université York afin que les étudiants puissent retourner dans les salles de classe. Nous éliminons la taxe sur le carbone du programme de plafonnement et d'échange. Et nous éliminons plusieurs projets d'énergie renouvelable inutiles afin de réduire votre facture d'électricité.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Le gouvernement promet des finances « responsables »

Le gouvernement promet des finances plus justes et un contrôle plus accru des comptes pour rétablir la confiance des Ontariens.

Cela commencera par la convocation d'une commission d'enquête qui examinera les pratiques financières du gouvernement afin de déterminer comment rétablir l'imputabilité et la confiance dans les finances publiques de l'Ontario, est-il souligné dans le discours du Trône.

En santé

Le système de santé pourra compter sur l'aménagement de 15 000 nouveaux lits de soins de longue durée au cours des cinq prochaines années ainsi que sur un investissement de 3,8 milliards de dollars en santé mentale et en lutte contre la toxicomanie.

À l'école

Les programmes d'apprentissage des mathématiques axés sur la découverte seront abolis parce qu'ils sont considérés par le gouvernement comme «  un échec  ». À la place, les «  principes fondamentaux  » seront mis de l'avant. Le programme d'éducation sexuelle est aussi remplacé par un nouveau programme dès l'automne. Les parents d'enfants atteints d'un trouble du spectre de l'autisme recevront aussi davantage de soutien, promet le gouvernement.

Transport

Le gouvernement s'engage à établir un partenariat avec la Ville de Toronto et d'autres municipalités de la grande région de Toronto pour construire un réseau de transport.

Doug Ford tient une main sur la bible.Doug Ford lorsqu'il a prêté serment à Queen's Park. Photo : La Presse canadienne / Mark Blinch

Sécurité

Du côté de la sécurité, le gouvernement prévoit lever les « restrictions trop strictes » qui ont été imposées « par méfiance et par mépris » aux policiers, sans préciser à quelles restrictions il fait référence. Le discours précise toutefois que le gouvernement s'assurera que la police ait davantage de ressources « contre les menaces de la drogue, des armes à feu et de la violence liée aux gangs ».

Depuis quelques mois, Toronto est en proie à une augmentation de la violence armée. Il y a eu environ 212 fusillades depuis janvier et au moins 26 morts. Durant la campagne électorale, Doug Ford a soulevé la controverse en appuyant l'idée de rétablir l’unité TAVIS de la police. Créée en 2006 pour lutter contre la violence dans les secteurs à criminalité élevée, cette escouade a été abolie en 2017 parce que de nombreux membres des communautés culturelles la jugeaient raciste en raison de l’utilisation du fichage par ses agents, notamment.


Autre promesse de campagne : la vente de bière et de vin dans les dépanneurs qui sera désormais autorisée. En revanche, le gouvernement n'a pas précisé comment il allait y procéder.

En revanche, aucune mention n'a été faite concernant l'Université de l'Ontario français, qui doit ouvrir ses portes en 2020. Déjà, le nouveau premier ministre Doug Ford a aboli le ministère des Affaires francophones.

Un discours combatif pour protéger l'argent des Ontariens

Le gouvernement promet de respecter les contribuables, notamment en réduisant le prix de l'essence, mais aussi les factures d'électricité, et de fournir un allègement fiscal aux parents, aux petites entreprises et aux travailleurs pauvres.

Pour ce faire, le gouvernement a éliminé la taxe sur le carbone du programme de plafonnement et d'échange. Il promet d'en faire de même pour d'autres systèmes de taxe sur le carbone. Selon les conservateurs, ces taxes menacent l'emploi dans la province.

Quant aux tarifs d'électricité, dès sa campagne électorale, M. Ford avait déclaré qu'il mettrait à la porte le PDG du distributeur d'électricité Hydro One, Mayo Schmidt.

Ce dernier n'aura pas attendu son heure, puisqu'il a annoncé mercredi qu'il prenait sa retraite immédiate. Tous les membres du conseil d'administration d'Hydro One ont par ailleurs démissionné. Reste à voir si cela aura un impact sur les factures des Ontariens.

Le gouvernement Ford promet également de travailler de concert avec le fédéral pour défendre la position de l'Ontario dans les négociations de l'ALENA avec les États-Unis. L'objectif des conservateurs est de montrer sur la scène nationale, mais aussi à l'international, que la province de l'Ontario est ouverte aux affaires.



Politique provinciale

Politique