•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour à la normale au centre-ville de Toronto, à la suite d'une « menace potentielle »

Les précisions de Philippe Leblanc

La police de Toronto a repris ses « opérations normales » jeudi soir, vers 23 h, après avoir répondu à une menace non confirmée pour la sécurité publique. Elle avait déployé dès jeudi matin un nombre plus important qu'à l'habitude d'agents au centre-ville, entre autres près de la Tour CN et du Centre Rogers, après avoir reçu des « renseignements non confirmés ».

Les policiers n'ont pas fourni d'information détaillée sur la nature de ces renseignements.

La police prévient toutefois le public qu'il doit s'attendre à remarquer la présence de plusieurs agents près du Centre Rogers, tout en précisant qu'il s'agit d'une mesure qui était déjà en place dans le cadre de son plan de sécurité pour l'année 2018.

Le bureau du premier ministre ontarien, Doug Ford, avait mentionné jeudi sur Twitter qu'il s'agissait d'une menace potentielle à Toronto, sans en dire davantage.

La police avait par ailleurs rectifié le tir en milieu d'après-midi jeudi, après la publication dans certains médias d'une note interne dans laquelle on l'avertissait d'une possible attaque au camion-bélier près de la Tour CN.

La note en question faisait référence à des informations crédibles.

Des policiers et des passants devant le Centre Rogers au centre-ville de Toronto.La vie continue au centre-ville en dépit d'une présence policière accrue. Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

La police avait cependant affirmé qu'il ne s'agissait que du brouillon d'une note de service qui n'avait pas été approuvée au préalable.

L'information a été dévoilée dans les médias après le renforcement des mesures de sécurité au centre-ville.

Dans un courriel, la porte-parole de la police, Meaghan Gray, a écrit que les policiers de la Ville ont reçu ce matin l'information la plus à jour et la plus appropriée, tout comme le public.

L'entreprise de location de véhicules U-Haul disait pour sa part dans un communiqué que la Police provinciale de l'Ontario (PPO) l'avait contactée mercredi pour lui demander d'être vigilante au sujet de toute demande ou de toute activité suspecte dans la région de Toronto.

U-Haul ajoutait qu'elle avait réitéré ses instructions à ses différents bureaux de la ville sur la façon de rapporter à la police tout comportement douteux dans ses transactions de location.

La consigne de la PPO n'est pas sans rappeler l'attaque au camion-bélier qui a fait 10 morts en avril dans le nord de Toronto.

Photo d'un véhicule de police; la Tour CN est en arrière-plan.La présence policière a été rehaussée au centre-ville, y compris près de la Tour CN. Photo : Radio-Canada

Le chef de service intérimaire de la police, Mike Barsky, avait assuré au public, jeudi midi, que la Ville Reine était sécuritaire, invitant résidents et touristes à vaquer à leurs activités sans s'inquiéter.

Chaque fois qu’il y a un risque potentiel pour la sécurité publique, on le prend au sérieux.

Mike Barsky, chef de service intérimaire de la police
Photo de policiers penchés sur un véhicule de police.Des policiers déployés près du Centre Rogers, où jouent les Blue Jays. Photo : CBC/Paul Smith

Le gouvernement fédéral avait aussi été informé de la situation.

Les agences fédérales sont au courant de la présence policière accrue dans la région de Toronto et, conformément aux modalités habituelles, sont prêtes à porter assistance si nécessaire.

Ralph Goodale, ministre fédéral de la Sécurité publique

Déploiement « dissuasif »

Pour l'ex-directeur général adjoint de la Sûreté du Québec (SQ) Marcel Savard, la police de Toronto réagit de façon proactive, plutôt que d'attendre de corroborer la menace d'un risque d'attentat à la bombe ou au camion-bélier.

On veut dissuader quelqu’un. On met une présence accrue de policiers et on dit aux gens qui ont de mauvaises intentions, si c’est le cas : “On est là.”

Marcel Savard, ex-haut gradé de la SQ

M. Savard raconte que cette approche est de plus en plus utilisée par la police à New York, par exemple. Selon lui, ce genre de déploiement massif de policiers pourrait devenir plus fréquent ailleurs en Amérique du Nord.

Pas de fermeture

La Tour CN est demeurée ouverte jeudi. Nous collaborons pleinement avec la police [...] pour nous assurer que nos employés, nos invités et la Tour sont en sécurité, pouvait-on lire dans un communiqué.

Photo de policiers sur des chevaux dans la rue.Des policiers patrouillent à cheval au centre-ville de Toronto. Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Nadeau

Par ailleurs, le concert du groupe Foo Fighters jeudi soir au Centre Rogers a eu lieu comme prévu.

En matière de transport en commun, il n'y avait pas de changement de service, mentionnait la Commission de transport de Toronto (CTT).

Photo d'un véhicule d'agents de sécurité au terminus d'autobus GO.La sécurité a été renforcée au terminus des autobus de banlieue GO au centre-ville. Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Nadeau

Toutefois, la vigilance a été accrue à la gare Union, au centre-ville, souligne Anne Marie Aikins, la porte-parole de l'agence Metrolinx, qui gère les trains de banlieue GO.

Le diffuseur public CBC/Radio-Canada avait lui aussi rehaussé le niveau de sécurité à son édifice du centre-ville.

Sécurité renforcée à Canada's Wonderland

Le parc d'attractions Canada's Wonderland, situé à Vaughan, au nord de Toronto, faisait également état d'une présence policière renforcée, jeudi. Le lieu est demeuré ouvert comme à l'habitude. La Police régionale de York incitait toute personne qui serait témoin d'une activité suspecte de communiquer avec le 911.

Une policière à côté d'un véhicule de police à une intersection du centre-ville.Le nombre de patrouilles a été augmenté près de la Tour CN jeudi. Photo : CBC

Le maire et Doug Ford surveillent la situation

Le bureau du premier ministre Ford avait rapporté sur Twitter que ce dernier avait été informé de la situation par le conseiller provincial en matière de sécurité, Ray Boisvert, un ancien membre du Service canadien du renseignement de sécurité.

M. Ford suit la situation de près, a dit son bureau, tout en précisant qu'aucune menace n'était confirmée pour l'instant.

Même son de cloche de la part du maire de Toronto, John Tory, qui avait été mis au courant de la situation par le chef de police Mark Saunders plus tôt en matinée.

Toronto

Justice et faits divers