•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un demi-million de coccinelles pour venir à bout des pucerons réginois

Coccinelles dans les mains d'enfants.
Les enfants étaient invités à transporter les coccinettes sur leurs mains à travers le parc. Photo: Radio-Canada / Cory Herperger

La Ville de Regina a fait appel aux enfants pour l'aider à disperser 500 000 coccinelles jeudi matin. Ces insectes friands de pucerons viendront au secours des arbres, que la perte de sève et les maladies véhiculées par ces petites créatures fragilisent.

La majorité des jardins de Regina souffrent d’une surpopulation de pucerons. Ce problème reste inconnu de la plupart des Réginois, affirme la Ville, qui compte sur leur prédateur naturel pour limiter l’expansion de leur population.

Enfants et adultes sont attroupés devant la table sur laquelle sont posées les boîtes qui contiennent les coccinnelles. Des centaines d'enfants sont venus disperser les coccinelles dans le parc. Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Les enfants participant à l’opération avaient pour mission de relâcher les coccinelles partout dans le parc Victoria. Ils pouvaient aussi en rapporter chez eux, pour leur propre jardin.

La présence de pucerons se signale par la détection de miellat. Cette substance transparente et collante, qui se dépose sous les végétaux infestés par ces minuscules insectes, est le résidu de la sève dont ils se nourrissent.

Des coccinelles asiatiques sur un mur.La coccinelle asiatique a été introduite en Amérique du Nord au cours des années 1970 afin de lutter contre les pucerons et d'autres insectes ravageurs des cultures. Photo : Francine Hébert

Si elle est trop importante, la ponction de sève fragilise les végétaux sur lesquels se nourrissent les pucerons. Ils deviennent alors plus sensibles aux maladies, à la sécheresse et deviennent moins productifs.

En diffusant des coccinelles dans ses parcs, la Ville de Regina applique une méthode de lutte biologique bien connue des biologistes. C’est aussi une manière, par l'entremise des enfants, de sensibiliser les familles aux solutions de rechange à l’utilisation de pesticides.

Les coccinelles s'échappent des boîtes ouvertes. Les coccinelles étaient contenues dans des boîtes. Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Une coccinelle mange environ 2400 pucerons à elle seule, sur les trois ans de son cycle de vie. Les femelles pondent en moyenne 1000 oeufs chacune.

Le lâcher de coccinelles avait lieu jeudi matin, au parc Victoria, à Regina.

Saskatchewan

Botanique