•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mort d'un militaire mécanicien aurait pu être évitée, indique un rapport

Un homme en tenue de militaire des Forces canadiennes.
Un rapport révèle les circonstances entourant la mort de Kyle Sinclair en 2014. Photo: Radio-Canada / CBC
CBC

La mort de Kyle Sinclair, un militaire mécanicien tué alors qu'il travaillait seul à l'intérieur d'un véhicule de patrouille blindé Coyote à la base militaire de Petawawa aurait pu être évitée, si les Forces armées canadiennes avaient tenu compte des avertissements formulés à la suite d'un incident semblable survenu quelques années auparavant, indique un rapport.

L'artisan Kyle Sinclair, alors âgé de 27 ans, effectuait des travaux mécaniques sur un véhicule blindé lorsqu'il a été gravement blessé.

Kyle Sinclair avait reçu l'ordre de fixer une ceinture de sécurité à l'intérieur d'un véhicule blindé de reconnaissance Coyote. Les enquêteurs ont découvert qu'il avait appuyé sur un bouton pour soulever le siège du conducteur. Ce dernier s'est brusquement relevé sans que Kyle Sinclair ait eu le temps de s'écarter. Il s'est retrouvé le cou coincé entre le haut du siège et le plafond du blindé.

D'autres soldats ont tenté de le réanimer, mais en vain. Il est mort à l'hôpital le 23 novembre 2014.

Un rapport obtenu par CBC indique que les Forces canadiennes étaient au courant des dangers reliés au maniement du siège dans ce type de véhicule blindé de reconnaissance Coyote depuis 1999.

Un avertissement sur les risques d'étouffements avec les sièges d'un véhicule de l'armée.Cet autocollant d'avertissement n'était pas visible dans le Coyote lorsque Kyle Sinclair est décédé. Photo : Radio-Canada / CBC

À cette date, un autre soldat est mort dans des circonstances identiques.

Kevin Zufelt, âgé de 30 ans au moment des faits, travaillait à l'intérieur d'un Coyote lors d'un exercice d'entraînement à la base militaire de Wainwright, en Alberta, où il a également été coincé par le siège pneumatique. Il a été trouvé « agenouillé derrière le siège du conducteur, étranglé et coincé entre le siège et la coque du véhicule », selon un rapport de la commission d'enquête sur sa mort.

Quelques années plus tard, l'enquête a mené à plusieurs recommandations, y compris celle d'enlever une partie du siège afin d'augmenter l'espace entre le dossier et la coque du véhicule lorsque le banc est soulevé.

Mais l'armée, qui était alors dirigée par le député libéral Andrew Leslie, en a décidé autrement, jugeant que ça compromettrait la protection du conducteur contre les obus et les balles.

Toutefois, l'armée a maintenant retiré tous les sièges de ses véhicules Coyote, à l'exception de ceux qui sont actuellement sur le terrain en Lettonie.

Ottawa-Gatineau

Accidents et catastrophes