•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travaux aux abords du marché Jean-Talon commenceront mardi prochain

Le reportage d’Anne-Louise Despatie.

L'arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie entend commencer dès la semaine prochaine les travaux de réaménagement de l'avenue Shamrock, entre le boulevard Saint-Laurent et le marché Jean-Talon. Une place publique sera également construite, comme prévu, sur une partie du stationnement du marché jouxtant l'avenue Casgrain.

Un texte de Hugo Prévost

Ces travaux, qui commenceront officiellement le 17 juillet, doivent se conclure le 23 novembre. Ils font suite à une période de trois ans, de 2014 à 2017, pendant laquelle l'arrondissement, sous la gouverne du maire François Croteau, a effectué plusieurs consultations publiques, en plus de mettre à l'essai une version piétonnière de l'avenue Shamrock.

Dans un document d'information remis mercredi au public, l'administration de l'arrondissement mentionne que le nouvel ensemble, formé de l'avenue Shamrock et de la place publique Casgrain, répond à neuf orientations déterminées à la suite des consultations.

Parmi ces orientations, on retrouve la volonté d'« aménager une rue où le piéton occupe une place dominante », de proposer une « offre variée de lieux de détente » et de multiplier les places pour s'asseoir, ainsi que de planter une « végétation diversifiée adaptée à l'hiver ».

Si l'avenue Shamrock devient piétonnière, les voitures pourront toutefois continuer d'y circuler en direction ouest, vers le boulevard Saint-Laurent.

Les travaux, qui seront effectués en séquence, s'amorceront avec le remplacement du réseau d'aqueduc sur l'avenue Shamrock.

L'aménagement de la place du marché Jean-Talon et la refonte de l'aménagement Saint-Laurent–Shamrock sont les dernières étapes prévues dans le calendrier. Ces deux phases doivent se terminer le 16 novembre, et le chantier doit être fermé une semaine plus tard. L'intersection Saint-Laurent–Shamrock devra d'ailleurs être fermée à la circulation pendant une fin de semaine pour parachever les travaux, peut-on lire dans le document d'information.

Le plan des travaux de réaménagement de l'avenue Shamrock et de construction de la place Casgrain.Les travaux doivent se poursuivre jusqu'à la fin novembre. Photo : Arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie

Projet contesté

Si le réaménagement de l'avenue Shamrock a l'heur de plaire, la disparition de certaines places de stationnement au marché Jean-Talon irrite des commerçants, qui dénoncent la disparition des cases dont ont besoin les camions de livraison et les clients achetant de grandes quantités de marchandises.

Ces commerçants ont par ailleurs lancé une pétition pour réclamer le retour des cases de stationnement et l'abandon du projet de place publique. Baptisée « Sauvons le marché », cette pétition aurait recueilli plusieurs milliers de noms.

La semaine dernière, le maire Croteau répliquait par le moyen d'une lettre ouverte, où il affirmait que des consultations seraient menées pour établir un plan directeur destiné au marché Jean-Talon.

Dans sa missive publiée dans le journal Le Devoir, l'élu de Projet Montréal précisait que des espaces de stationnement seraient ajoutés pour compenser les places appelées à disparaître à la suite des travaux d'aménagement de l'espace public, mais que l'offre en stationnement serait en fait supérieure à celle disponible actuellement.

Au coeur du litige entre certains commerçants et l'arrondissement, on semble trouver deux points : la disparition de places de stationnement gratuit et l'absence d'ascenseur à destination du stationnement souterrain situé sous la succursale de la Société des alcools du Québec (SAQ), directement sous l'espace appelé à devenir une place publique.

Chez les partisans du projet, on rétorque que les habitudes des consommateurs changent, et que s'il y a toujours des gens qui se rendent au marché en auto pour y acheter un grand volume de produits, de plus en plus de visiteurs sont à pied, en vélo ou en transport en commun, qu'ils achètent en plus petites quantités, mais retournent plus souvent au marché.

Grand Montréal

Politique municipale