•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Briser l'isolement des Autochtones du nord hospitalisés à Winnipeg

Un homme autochtone porte des lunettes et un polo bleu.
Selon le directeur général de l'organisme Neewin Health Car, Andy Wood, beaucoup de résidents d'Island Lake se sentent isolés lorsqu'ils sont hospitalisés à Winnipeg. Photo: Radio-Canada

Les habitants de plusieurs Premières Nations du nord du Manitoba font face à de nombreux obstacles pour se faire soigner, selon une étude dévoilée mercredi par des médecins et des travailleurs sociaux de la région d'Island Lake. Ils préconisent des solutions pour mieux accompagner les patients et briser l'isolement.

Un texte de Pierre Verrière

Intituée Living in the City: Documenting the Lived Experiences of the Island Lake Anishininiew, l'étude soulève les questions de l'insécurité alimentaire, de la fatigue liée au transport, de l'isolation, mais aussi de la barrière de la langue, qui font le quotidien des résidents de la région d'Island Lake. Celle-ci regroupe les communautés de Wasagamack, de Garden Hill et de St. Theresa Point.

« L'un des principaux problèmes que nous avons eus au fil des ans est que, lorsque nous essayons de trouver de l'aide pour la prise en charge des patients qui ont dû être transférés à Winnipeg pour des raisons médicales, ces appels restent lettre morte », explique le directeur général de l'organisme Neewin Health Car, Andy Wood.

« Le gouvernement fédéral dit qu'ils ne sont plus dans la réserve et que, donc, ils ne relèvent plus de la responsabilité d'Ottawa. Le gouvernement provincial dit qu'ils relèvent toujours de la Loi sur les Indiens, donc qu'ils sont placés sous la responsabilité fédérale. Les deux camps se renvoient la balle et il est difficile de trouver des programmes adéquats. »

La région d'Island Lake est très isolée, car aucune route ne rejoint les différentes communautés au reste de la province et elle ne compte pas d'hôpital. Les patients sont obligés d'aller vivre à Winnipeg pour un traitement médical ou une opération. En plus du déracinement et de l'isolement, les patients doivent aussi composer avec des difficultés financières, car beaucoup en éprouvent pour se loger et se nourrir.

« C'est un défi pour moi, car j'ai demandé à mes filles de m'accompagner, mais les repas qui me sont fournis ne sont que pour deux personnes, ma femme et moi. Or nous devons partager ces repas à six », explique Brian Neeson, de la région d'Island Lake, qui est arrivé à Winnipeg en avril pour une dialyse et qui ne peut compter sur aucun revenu.

Un homme autochtone porte une chemise à carreaux.Brian Neeson, de la région d'Island Lake, est arrivé à Winnipeg en avril pour une dialyse. Photo : Radio-Canada

Une aide financière insuffisante

« L'aide financière ne suit pas », estime le père de famille, qui souligne que le transport est particulièrement un problème parce qu'il doit se rendre trois fois par semaine à l'hôpital.

« Le transport depuis la résidence jusqu'à l'hôpital n'est pas pris en compte », souligne-t-il.

Les auteurs de l'étude ont établi les besoins des habitants, mais aussi des solutions pour faciliter leurs séjours à Winnipeg.

« Nous demandons qu'il y ait des réformes en matière de politique de santé, nous demandons des politiques qui supportent adéquatement les gens qui doivent déménager pour aller à Winnipeg, car, présentement, on leur donne des fonds, mais ils sont minimes et ils ne permettent pas de trouver des lieux de séjour adéquats », relève Josée Lavoie, médecin spécialiste en santé communautaire qui a participé à l'élaboration de l'étude.

Une autre particularité soulevée dans l'étude est le fait que les communautés de la région d'Island Lake sont les seules communautés Anishininew du Manitoba et possèdent leur propre langue. En raison de cela, la barrière de langue peut parfois s'avérer un problème supplémentaire.

« L'étude propose que les communautés d'Island Lake assurent la présence d'un agent de liaison qui serait disponible pour les gens qui s'installent dans la ville ainsi qu'un centre où les gens pourraient trouver de l'aide », indique Andy Wood.

« Il existe déjà des centres pour les populations cries ou ojibwées, mais rien pour les gens de Island Lake et les Anishininew. Or la population est estimée à 15 000 personnes, et 2000 vivent à Winnipeg. »

Manitoba

Nations métisses et autochtones