•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump et la diplomatie du « bon cop, bad cop »

Donald Trump se tient très droit alors qu'Emmanuel Macron lui tourne le dos.
Les dirigeants des pays de l'OTAN s'installent pour la photo officielle. Photo: Reuters / Ludovic Marin/Pool

Il est à la fois fascinant et inquiétant d'observer le président Donald Trump manoeuvrer sur la scène internationale. Il bouscule toutes les conventions diplomatiques, avec un langage qui offusque les plus fidèles alliés des États-Unis.

Une analyse de Christian Latreille, correspondant à Washington

Mercredi matin encore, à Bruxelles, il a qualifié de délinquants les pays de l’OTAN qui n’investissent pas encore 2 % de leur produit intérieur brut en dépenses militaires. Mieux, Trump parle maintenant d’augmenter à 4 % du PIB la contribution militaire des 29 pays membres.

Le président Trump s’est aussi attaqué à l’Allemagne en lui reprochant d’avoir signé un important contrat d’approvisionnement en gaz naturel avec la Russie. « Vous êtes captifs », a-t-il lancé à la chancelière Angela Merkel.

Des remontrances que le milliardaire s’est bien gardé de répéter en rencontre bilatérale avec la chancelière allemande. Au contraire, Trump s’est alors mis à vanter l’excellente relation entre les États-Unis et l’Allemagne.

Pour l’ancien homme d’affaires, les relations internationales se négocient à la pièce. Pas de grands desseins, pas de grande stratégie, pas de doctrine Trump. Il forge ses actions en politique étrangère sur sa capacité de tisser des liens personnels avec les leaders.

Les paroles et les gestes de Donald Trump à l’étranger semblent viser surtout ses partisans à la maison. Sa mission : s’assurer que la politique de défense des États-Unis est rentable financièrement, même si les réussites de l’OTAN ne se mesurent pas en termes de profitabilité.

« America First » (Les États-Unis d'abord), c’est aussi s’assurer que les Américains en ont pour leur argent.

Des messages contradictoires

Pendant que le président remettait en question l’utilité et la rentabilité de l’OTAN pour les Américains, son secrétaire d’État, Mike Pompeo, écrivait sur Twitter que l’OTAN est l'une des plus grandes réussites de l’histoire et que tous les alliés se sont entendus pour accroître leurs investissements en défense. « La force et la cohésion nous protègent », a-t-il ajouté.

Ces messages contradictoires laissent croire que cette administration tient un double discours. S’agit-il d’une stratégie concertée ou d’une improvisation déconcertante?

Pendant que Donald Trump malmène ses partenaires, ses secrétaires passent derrière pour recoller les pots cassés.

Le Washington Post rapporte cette semaine que le secrétaire à la Défense, James Mattis, sauve aussi les meubles plus souvent qu’à son tour. Il tente, après les frasques de son patron, de rassurer les alliés des États-Unis. Trump considère l’OTAN comme obsolète, et Mattis voit l’Alliance atlantique comme la pierre angulaire de la politique américaine de défense.

Deux visions des choses qui compliquent la vie du très discret secrétaire à la Défense. Mattis a réussi, jusqu’à maintenant, à éviter les collisions frontales avec son président, tout en incitant les Européens à juger les États-Unis par leurs actions et non par les tweets du chef de la Maison-Blanche.

Donald Trump est un homme instinctif qui écoute peu et que le rôle des États-Unis à l’étranger depuis la Seconde Guerre ne semble pas préoccuper. Dans ce contexte, plusieurs personnes dans son entourage craignent la rencontre de lundi avec le président russe Vladimir Poutine.

Peu de gens aux États-Unis croient que la Russie est un pays ami, et encore moins un allié. Si Trump devait encenser Poutine à Helsinki, en Finlande, au détriment de ses partenaires ou encore alléger les sanctions, il serait alors difficile pour ses secrétaires de voler à son secours et de minimiser les dégâts auprès de ses alliés, qui commencent à en avoir assez de ce double discours.

Politique internationale

International