•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réactions aux nouvelles règles de protection des baleines dans le fleuve

Observation des baleines dans l'estuaire du Saint-Laurent
Observation des baleines dans l'estuaire du Saint-Laurent. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'écologiste Jacques Gélineau, de Sept-Îles, salue la nouvelle réglementation qui empêche les navires de s'approcher à moins de 100 mètres des mammifères marins dans le Saint-Laurent.

Un texte de Louis Garneau

Les espèces en péril, comme le béluga, profitent d'une disposition encore plus sévère.

Les plaisanciers et entreprises de croisières ne peuvent pas s'approcher à moins de 400 mètres de ces mammifères dans l'estuaire du Saint-Laurent.

Un capitaine de bateau d'observation de baleines observe des touristes sur le pontLa réglementation restreint l'approche des baleines par les bateaux d'observation. Photo : Radio-Canada

Guide de croisières dans l'archipel de Mingan, Jacques Gélineau salue la nouvelle règlementation.

Il croit cependant que Pêches et Océans Canada aurait pu imposer des règles plus sévères aux grands navires.

Jacques Gélineau est écologiste et guide de croisièresJacques Gélineau, écologiste et guide de croisières. Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

On s'en prend ni plus ni moins aux très petits bateaux qui ont un impact relativement mitigé. Certains créent du harcèlement, faut pas se le cacher. Peut-être qu'il y a lieu de sévir dans un cas comme ça.

Jacques Gélineau, écologiste et guide de croisière

Jacques Gélineau estime par contre que les règles sont complaisantes avec l'industrie des pêcheries et celles des mines.

Il déplore également que la pollution sonore ne soit pas considérée comme facteur perturbateur pour les mammifères marins.

Quque d'un rorqual à bosseUn rorqual à bosse retourne en plongée Photo : Radio-Canada

À Tadoussac, le Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins  (GREMM) salue les restrictions d'approche, qui ont un effet perturbateur sur les baleines.

Pêches et Océans Canada poursuit l'étude des perturbations sonores qui pourraient éventuellement être ajoutées à la règlementation.

Avec les informations de Katy Larouche

Côte-Nord

Protection des espèces