•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle offensive de la SQ contre un réseau de fraudeurs de la région de Montréal

Une voiture de la Sûreté du Québec.

Une voiture de la Sûreté du Québec.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

De présumés responsables d'un stratagème de recyclage illégal de métaux sont visés par une nouvelle opération policière qui avait lieu mercredi matin dans différents secteurs de la grande région de Montréal.

Cinq personnes ont été arrêtées lors du déploiement de la seconde phase de l'opération policière baptisée Nobélium. La première phase avait permis à la Sûreté du Québec (SQ) d'arrêter ou d'interroger 18 suspects, en mars 2017.

Les arrestations de mercredi ont eu lieu à Varennes, Laval, Mascouche, Montréal et Sainte-Adèle. Il semble que tous les suspects ont déjà été conduits au quartier général de la SQ, à Montréal, où ils seraient en attente de comparution au tribunal.

Il y a 18 mois, la première phase de l'opération Nobélium avait révélé que la fraude permettait à des sociétés organisées de disposer d'importantes sommes en argent comptant pour effectuer l'achat de métaux, en échange de factures de complaisance provenant d'une organisation criminelle.

Le recours à ces sociétés coquilles contrôlées par l'organisation avait permis d'éluder les taxes sur ces transactions et de réduire les revenus imposables des sociétés impliquées dans la fraude.

Les entreprises servant d'intermédiaires avaient pu échanger pour près de 17 millions de dollars d'effets bancaires en argent comptant.

Le montant équivalant à la somme des taxes ainsi éludées avait été conservé à titre de bénéfice par l'organisation.

Les fraudeurs avaient eu recours à des prête-noms et avaient utilisé des entreprises basées en Ontario, ce qui avait nui aux vérifications des autorités fiscales. La société au coeur du stratagème avait échangé tous les effets bancaires en argent comptant dans un compte en Ontario.

L'enquête a été initiée en mai 2015 par le Service des enquêtes sur la criminalité contre l'État (SECÉ) de la SQ, en collaboration avec l'Agence du revenu du Québec.

Grand Montréal

Fraude