•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Perdu et blessé dans l'obscurité, il publie un SOS sur Facebook

Un jeune homme avec un vélo sur une colline.
Hazim Ismail dans le Parc national des prairies avant son accident de bicyclette. Photo: Hazim Ismail

Un homme a été secouru après avoir eu un grave accident de vélo dans le Parc national des Prairies, en Saskatchewan, le 8 juillet, peu avant le coucher du soleil. Son compagnon est parti chercher de l'aide, le laissant seul dans l'un des lieux les plus sombres du Canada.

Hazim Ismail, étudiant en anthropologie à l’Université de Winnipeg, était parti camper avec son compagnon, Mathieu Paillé.

Tous les deux étaient à vélo sur une pente abrupte du chemin cahoteux de Broken Arrow.

C’est à ce moment-là que les freins d'Hazim Ismail se sont bloqués et qu’il a été catapulté au sol, se cognant la tête. Mathieu Paillé est parti chercher de l’aide avant que le soleil ne se couche. Hazim était au sol, « en état de choc et du sang s'écoulant de [sa] bouche ».

« Le bas du corps, ça allait, mais j'avais mal partout au torse, ça me fait encore mal », ajoute-t-il.

La proie de l'obscurité

Les deux Winnipégois avaient été mis en garde en entrant dans le Parc national. Les bisons, ce ne sont pas des prédateurs, mais il est important de les éviter pour ne pas se faire piétiner.

La noirceur tombait, et Hazim Ismail entendait les bisons se rapprocher.

Avec ses 527 kilomètres carrés sans lumière artificielle, le Parc national des Prairies a les nuits les plus noires du Canada. C’est l’une des 10 réserves de ciel étoilé du Canada.

Hazim Ismail souffre du kératocône, une maladie des yeux qui empêche de bien percevoir la profondeur lorsque la lumière est basse.

C’est un lieu majestueux, mais aussi effrayant, parce qu’être perdu dans l’endroit le plus sombre du Canada n’est pas idéal [...] J’avais très peur, j’avais l’impression d’être avalé.

Hazim Ismail

SOS Facebook

Toujours seul, Hazim Ismail a constaté que la pile de son téléphone se déchargeait. Son dernier recours était de publier un appel à l’aide désespéré sur Facebook : « Est-ce que quelqu’un peut appeler le 911? Est-ce que quelqu’un peut avertir les secouristes que je ne suis pas sur le sentier? »

Il raconte que ses amis se sont mis à se coordonner pour appeler les hôpitaux.

Toujours allongé dans le noir, chaque fois qu’il voyait quelque chose, il essayait de se faire repérer avec la lampe-torche de son téléphone cellulaire. Au bout d’un moment, il a été tellement désorienté qu’il l'a fait en direction d'une planète, pensant que c’étaient les secours.

Un jeune homme avec des contusions et des coupure sur une moitié de son visage. Hazim Ismail après son accident de vélo. Photo : Hazim Ismail

Mathieu Paillé et les secouristes ont fini par apercevoir la lampe du téléphone d'Hazim et appelé un hélicoptère pour le faire évacuer.

« Quand les ambulanciers étaient avec moi et que je regardais le ciel, c’était magnifique », dit ce dernier.

Hazim Ismail et Mathieu Paillé devaient se rendre jusqu’en Colombie-Britannique, mais ils ont préféré rentrer se reposer à Winnipeg.

Saskatchewan

Accident de la route