•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sondés, les résidents des CHSLD de Sherbrooke réclament plus de personnel

Des aînés en perte d'autonomie dans un CHSLD
Des aînés en perte d'autonomie dans un CHSLD Photo: Radio-Canada / courtoisie SAMS

À l'heure où des CHSLD de la province sont attaqués sur tous les fronts, le comité des usagers des établissements sherbrookois a sondé ses résidents. Depuis l'heure du lever jusqu'à la propreté des lieux, en passant par le nombre de bains, tous les soins et les services ont été scrutés à la loupe. Bilan des opérations : les résidents sont généralement satisfaits de leurs conditions, mais réclament plus de bains, et surtout, plus de personnel.

Un texte de Marion Bérubé

En 2017, le comité des usagers CLSC-CHSLD de Sherbrooke-IUGS a mandaté un doctorant en psychologie organisationnelle de l’Université de Sherbrooke pour évaluer les conditions de vie des résidents de ses quatre établissements. Radio-Canada Estrie a obtenu une copie des résultats.

La méthodologie

Plus de 680 questionnaires ont été distribués auprès des résidents et des proches fréquentant les quatre CHSLD de Sherbrooke. Au total, 389 participants ont répondu au sondage, ce qui donne un taux de réponse de 57 %. Les données ont été collectées du 13 mars au 5 avril 2017.

La principale source d’insatisfaction est le nombre de bains, peu fréquents, selon 34,5 % des répondants au sondage. « Sans grande surprise, on a vu que la demande d’un deuxième bain était l’élément qui était le plus mis en valeur », affirme la présidente du comité des usagers des CLSC et CHSLD de Sherbrooke, Nicole Chiasson. Par ailleurs, 45,5 % des répondants se disent tout de même très ou assez satisfaits de la fréquence des bains.

Quelques mois après la publication du rapport, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, annonçait un montant de 36 millions de dollars pour embaucher plusieurs centaines de préposés aux bénéficiaires supplémentaires, qui serviraient à offrir un deuxième bain aux résidents qui en feraient la demande. « Donc, on n’a pas eu à travailler à cet aspect-là nous-mêmes, mentionne Nicole Chiasson. L’échéance, pour les CHSLD du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, est décembre 2018. »

Un peu plus de 18 % des résidents ne sont pas satisfaits de la fréquence de l’aide à aller aux toilettes. « Ma mère nous a dit qu’elle avait besoin d’aller aux toilettes. On a averti le personnel, qui nous a dit qu’il n’avait pas le temps. Donc, elle doit faire dans sa culotte », explique un proche d’un résident cité dans le rapport.

Autre source d’insatisfaction : la qualité des soins d’hygiène corporelle, comme les soins des pieds et le lavage des cheveux. « J’ai dû intervenir afin que ses ongles d’orteils soient coupés. Ils étaient très longs et lui faisaient très mal lorsqu’elle marchait », énonce l’un des répondants.

Une propreté irréprochable

Que ce soit dans les chambres, dans les corridors ou dans la salle à manger, les réponses sont positives : les répondants saluent la propreté des lieux. Une grande majorité de ceux-ci se disent aussi très satisfaits des communications avec le personnel. « C’est encourageant pour nous, on n’avait pas pensé que ça ressortirait », complète Nicole Chiasson.

La clé : la main-d'oeuvre

Dans sa conclusion, l’auteur du rapport relève que le manque de personnel semble être l’une des causes principales de l’insatisfaction des soins prodigués.

Par exemple, le délai de réponse aux cloches est largement attribué au faible taux de main-d’œuvre « On a rencontré le directeur des ressources humaines, révèle Nicole Chiasson. Plusieurs démarches sont en cours en ce qui concerne l’embauche. »

Ça fait longtemps qu’on dit que, lorsqu'un nombre important de baby-boomers prendraient leur retraite, il y aurait une pénurie de main-d’œuvre. C’est une chose qu’on voit venir depuis une décennie.

Nicole Chiasson, présidente du comité des usagers des CLSC et CHSLD de Sherbrooke

Depuis la sortie du rapport, en mai 2017, le comité des usagers a rencontré la coordonnatrice des services d’hébergement du CIUSSS de l’Estrie-CHUS pour aborder les points à améliorer. « Malheureusement, il y a eu du mouvement à ce niveau-là. On est rendu à la troisième personne avec qui on travaille aux résultats. C’est sûr que ça prend plus de temps qu’on l'aurait souhaité », conclut Nicole Chiasson.

Estrie

Établissement de santé