•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les couleurs du festival Inspire déferlent sur Moncton

Le festival Inspire revient pour une 4e année à Moncton. Cette année, plusieurs murales mettent en valeur la conscience environnementale comme cette oeuvre de Chelsea Gauvin.

Le festival Inspire revient pour une 4e année à Moncton. Cette année, plusieurs murales mettent en valeur la conscience environnementale comme cette oeuvre de Chelsea Gauvin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le paysage de Moncton sera de nouveau égayé grâce aux 10 nouvelles murales qui seront réalisées dans le cadre du 4e festival Inspire.

Un texte de Camille Martel

« Les rues de Moncton ont beaucoup changé depuis cinq ans », constate Lisa Griffin, cofondatrice du festival.

Selon elle, Inspire a amené un vent nouveau sur la métropole néo-brunswickoise : « Les gouvernements sont plus ouverts qu'avant et on sent vraiment qu'il y a du changement ».

Cette année, 10 nouvelles murales raviveront le décor urbain de Moncton, Riverview, Dieppe, Memramcook et Petitcodiac. Elles viendront s'ajouter à la trentaine de murales qui ont petit à petit changé le visage de la région depuis quatre ans.

De ce nombre, trois seront réalisées par des femmes de la région. Un élément qui ravit la cofondatrice.

Le festival Inspire permet au grand public d'observer toutes les étapes de la démarche artistique.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Festival Inspire permet au grand public d'observer toutes les étapes de la démarche artistique.

Photo : Radio-Canada

On pense que la programmation est encore mieux que les années précédentes. Je suis très fière de vivre ici.

Une citation de : Lisa Griffin, cofondatrice du festival Inspire

Assembler les pièces

Réaliser une murale n'est pas une mince affaire.

Les artistes auront jusqu'au 14 juillet pour accomplir leur mission et pour le lancement du festival, le beau temps était de la partie.

« Tout se passe bien pour le moment, le soleil est là et il ne fait pas trop chaud », explique Maye, un artiste français a pris d'assaut un mur coin Robinson et Main.

L'artiste français Maye transforme un mur du centre-ville de Moncton pour le festival Inspire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'artiste français Maye transforme un mur du centre-ville de Moncton pour le Festival Inspire.

Photo : Radio-Canada

« Le plus gros défi sera d'éviter les fenêtres », indique celui qui vient du sud de la France.

Pour lui, l'art de rue est avant tout une façon de laisser sa marque : « Mon rêve c'est que les gens se souviennent de moi. »

J'aimerais que dans des centaines d'années, on parle encore de moi.

Une citation de : Maye, artiste visuel

L'art de rue permet aussi de réfléchir sur la manière dont les artistes créent, explique Maye. « Le milieu de l’art de rue devient très égoïste je trouve. Les gens ont tendance à ne penser qu’à eux », dit-il en faisant référence au fait que les oeuvres sont réalisées sans penser aux autres oeuvres environnantes.

« On aimerait faire des façades à plusieurs parfois, mais les artistes sont seuls la plupart du temps », ajoute-t-il.

Des murs comme porte-étendards

Un thème récurrent du festival est celui de la conscience environnementale.

Les murs se transforment donc en porte-étendards pour des messages qui visent à sensibiliser la population.

Chelsea Gauvin, une artiste de Moncton dont la murale sera située sur le boulevard Assomption, à l'angle de la rue Mechanic, veut encourager les gens à réfléchir à la provenance des aliments qu'ils consomment.

L'oeuvre de Chelsea Gauvin sera située aux abords au parc Riverain.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'oeuvre de Chelsea Gauvin sera situé aux abords au parc Riverain.

Photo : Radio-Canada

« La plupart des gens ne savent pas d’où vient ce qu’ils mangent. Ils vont à l’épicerie sans se poser de questions », explique-t-elle.

L'objectif de son oeuvre aux couleurs vives est d'inciter la population à consommer davantage de produits locaux.

À quelques pas de là, une autre oeuvre pourrait susciter bien des réactions.

Un énorme saumon apparaîtra dans quelques jours à l'angle de la rue Church et Main.

L'artiste Lysanne Lombard, originaire de Moncton, va peindre un saumon géant au centre-ville.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'artiste Lysanne Lombard, originaire de Moncton, va peindre un saumon géant au centre-ville.

Photo : Radio-Canada

« Je fais un saumon géant pour l’Alliance du bassin versant Petitcodiac », indique l'artiste Lysanne Lombard, de Moncton.

L'oeuvre sert à appuyer l'organisation environnementale dans son projet d'ensemencement de saumoneaux dans la rivière Petitcodiac.

« C’est une espèce qui devrait être là, mais qui n’y est plus, donc le but est de sensibiliser les gens à ça », précise-t-elle.

Selon elle, le festival permet non seulement d'embellir les rues, mais surtout d'observer la démarche artistique : « Quand vous voyez un artiste à l'oeuvre vous apprenez vraiment à respecter leur travail ».

Un festival zéro plastique

Le festival Inspire s'est donné un objectif zéro plastique cette année.

Ainsi, le bar installé près de la rivière pour la durée du festival servira les consommations dans des verres réutilisables.

« Il y a beaucoup de déchets dans les festivals », fait valoir Lisa Griffin.

Cette oeuvre de l'artiste portugais Bordalo II réalisé en 2017 avec des matières non réutilisables visait à dénoncer la surconsommation.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cette oeuvre de l'artiste portugais Bordalo II réalisé en 2017 avec des matières non réutilisables visait à dénoncer la surconsommation.

Photo : Radio-Canada

D'ailleurs, les cannettes de peinture qui ont été utilisées l'année dernière ont toutes été ramassées par l'organisation du festival et remises à un artiste qui s'en sert pour faire des chandeliers.

« On est à côté de la rivière donc c'est comme un signe pour nous. Il faut vraiment donner l'exemple », conclut la cofondatrice.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !