•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éoliennes autour de Val-d'Irène : Val-Brillant abdique

La municipalité de Val-Brillant.
La municipalité de Val-Brillant Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La Municipalité de Val-Brillant se pliera à la décision de la MRC de La Matapédia, qui veut limiter l'érection d'éoliennes autour de Val-d'Irène. Après plusieurs refus depuis un an et demi, les élus de Val-Brillant acceptent finalement de modifier leurs règlements pour respecter le schéma d'aménagement de la MRC.

Un texte de Michel-Félix Tremblay

À l'automne 2016, le conseil des maires de la Matapédia a pris la décision qu'aucune éolienne ne serait installée autour du parc régional Val-D'Irène. La MRC, qui possède les installations, craignait qu'un parc éolien déguise le paysage et nuise au développement touristique de la montagne.

Tous les maires ont appuyé ces modifications au schéma d'aménagement, excepté le maire de Val-Brillant. Jacques Pelletier soutient encore que d'exclure le développement éolien de deux zones situées dans sa municipalité, près de la montagne, risquait de priver Val-Brillant d'éventuels subsides, si un jour un promoteur se manifeste.

Le parc régional Val-d'IrèneLe parc régional Val-d'Irène Photo : Radio-Canada

La Municipalité avait jusqu'à juin 2017 pour modifier ses propres règlements afin qu'ils soient en concordance avec le nouveau schéma d'aménagement, comme le prescrit la loi. Val-Brillant s'y est opposé jusqu'en mai dernier, moment où la MRC a menacé d'adopter le nouveau règlement à la place et aux frais de la Municipalité.

« On a voulu avoir la paix », avoue candidement le maire Jacques Pelletier. Il demeure cependant amer face à ses collègues qu'il accuse de ne pas avoir été solidaires.

Qu'ils fassent des lois pour leur municipalité, sur leur territoire, pas de problème, mais quand ils viennent jouer dans nos parterres à nous, on n'est pas contents.

Jacques Pelletier, maire, Val-Brillant

La MRC soulagée

Chantale Lavoie discute pendant qu'un homme écoute à côté.La préfète de la MRC de La Matapédia, Chantale Lavoie, dirigeait la rencontre. Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La préfète de la MRC, Chantale Lavoie, se dit heureuse que la solution ultime, la voie juridique, n'ait pas été utilisée. Une querelle d'avocats entre la MRC et l'une de ses municipalités aurait pu créer un climat hostile autour de la table des maires.

« Comme personne qui souhaite faire une unité autour de La Matapédia, on ne veut jamais en arriver là », précise-t-elle.

Chantale Lavoie ajoute que le nouveau règlement qui limite le développement éolien doit être vu comme une poignée politique de plus pour les Matapédiens. La préfète va même jusqu'à dire qu'il pourrait être modifié une fois de plus advenant le cas où un projet soit déposé à la MRC, mais les élus auront le pouvoir de dire oui ou non.

C'est plus facile, comme décideur, d'ouvrir une zone s'il y a une demande de devoir en fermer une.

Chantale Lavoie, préfète, MRC de La Matapédia

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale