•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • L’Égypte pharaonique se dévoile à Montréal

    Vue rapprochée de la tête du Sphinx en Égypte.
    Ramsès II et son épouse royale Néfertari ont régné sur l'Égypte antique pendant 67 ans. Photo: Radio-Canada / Reportage de l'émission Science-réalité du 30 juin 1985
    Radio-Canada

    À l'été 1985, le pharaon Ramsès II est la vedette d'une exposition au Palais de la Civilisation à Montréal. L'exposition suscite un grand intérêt chez le public québécois. 33 ans plus tard, la tombe de Néfertari, sa principale épouse royale, est la pièce maîtresse de Reines d'Égypte au Musée Pointe-à-Callière. Plongez en archives dans l'Égypte antique des pharaons.

    Figure mythique et énigmatique, Ramsès II se dévoile au public québécois en 1985 dans une exposition qui lui est entièrement consacrée.

    Installés au Palais de la Civilisation, l’actuel Casino de Montréal, les biens du grand pharaon racontent l’histoire d’une société révolue depuis longtemps. Ces biens n’étaient alors sortis qu’une seule fois d’Égypte.

    C’est une exposition qu’il n’est pas facile de visiter en dehors du Musée du Caire. Et nous avons réussi à obtenir 80 pièces d’exposition.

    Jean Drapeau, maire de Montréal

    Ces pièces inédites permettent à l’exposition Ramsès II et son temps de connaître un succès immédiat, avant même son inauguration.

    On attendait 600 000 visiteurs, ce sont 100 000 personnes de plus qui se déplacent sur l’île Notre-Dame pour s’imprégner de l’Égypte antique.

    Le président de l’exposition, André Harel, avoue qu’il a fallu surmonter plusieurs épreuves afin de pouvoir présenter l’exposition au public. À commencer par le transport de ces pièces, d'une valeur historique inestimable.

    Assurés au coût de 35 millions de dollars, les trésors de l’Égypte des pharaons ne peuvent être déplacés rapidement et facilement.

    Le journaliste Winston McQuade nous dévoile les coulisses de l’exposition à l’émission Telex Arts du 30 mai 1985. Un défi technique de taille, mais qui en a largement valu la peine.

    Telex Arts, 30 mai 1985

    L’Égypte du grand pharaon Ramsès II

    On ne peut évoquer l’Égypte des pharaons sans penser aussitôt à l’énigmatique figure du Sphinx, allongé dans les sables, à l’élégante silhouette des obélisques de Louxor et bien sûr, aux masses imposantes des pyramides.

    Myra Cree, narratrice

    Les legs de la civilisation des pharaons sont innombrables et marquent aujourd’hui encore notre quotidien. Pendant des millénaires, les Égyptiens ont développé des connaissances approfondies dans de nombreuses disciplines.

    Par exemple, ils ont développé la médecine et la chimie. Ils ont été experts en hydrologie, en administration et en architecture.

    À l’émission Science-réalité du 30 juin 1985, la journaliste Solange Gagnon explore les nombreuses avancées de la civilisation égyptienne au temps du grand pharaon.

    Science-réalité, 30 juin 1985

    Ramsès II, « celui qui a défié l’éternité », a régné sur le pays pendant 67 ans au 13e siècle avant Jésus-Christ. La civilisation qu’il a gouvernée, de pair avec son épouse royale Néfertari, a prospéré. On lui donne notamment le surnom de Ramsès le Grand.

    Certains le comparent à Napoléon ou à Louis XIV, comme étant un grand roi avec les fastes du palais.

    André Harel, président de l’exposition Ramsès II et son temps

    On doit au grand pharaon la construction du temple d’Abou Simbel, joyau de l’architecture égyptienne. Et sur les parois du monument, Ramsès II fait sculpter le portrait de sa femme à ses côtés.

    L’influence de Néfertari auprès du pharaon est incontestable.

    À la mort de la reine, inconsolable, Ramsès II fait construire une demeure éternelle des plus somptueuses dans la vallée des reines. Un monument digne de la femme qu’elle a été.

    Les visiteurs peuvent admirer la tombe de la mythique reine au Musée Pointe-à-Callière. L’exposition Reines d’Égypte y est présentée jusqu’au 4 novembre 2018. Elle permet de vivre une immersion dans l'Antiquité pour explorer la puissance des mères, des épouses royales et des déesses au temps des pharaons.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Arts