•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chauffeur du semi-remorque entré en collision avec l'autocar des Broncos arrêté et accusé

Une photo de Jaskirat Singh Sidhu.

Jaskirat Singh Sidhu, 29 ans.

Photo : Facebook

Radio-Canada

Vendredi matin, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a procédé à l'arrestation du chauffeur du camion semi-remorque entré en collision avec l'autocar des Broncos de Humboldt.

Jaskirat Singh Sidhu, 29 ans, fait face à 29 chefs d’accusation, soit 16 chefs de conduite dangereuse d'un véhicule à moteur ayant causé la mort et 13 chefs de conduite dangereuse d'un véhicule à moteur ayant causé des lésions corporelles.

L’homme a été arrêté sans résistance dans son logement de Calgary. Il est détenu dans cette ville, dans l'attente de sa comparution à la Cour provinciale de la Saskatchewan la semaine prochaine. Le lieu de la comparution n'a pas encore été indiqué.

Le 6 avril, un camion semi-remorque a percuté l’autocar des Broncos de Humboldt près de Tisdale, en Saskatchewan. Sur les 29 personnes à bord de l'autobus, 16 sont mortes, dont 10 joueurs de l'équipe. Les 13 autres passagers ont été blessés à divers degrés.

« Le Code criminel prévoit, dans un cas de conduite dangereuse causant la mort, un emprisonnement maximal de 14 ans », indique le président de l’Association canadienne des avocats en droit du transport, Me Pierre-Olivier Ménard Dumas.

« On a aussi 13 chefs de conduite dangereuse causant [des] lésions et dans un cas comme ça, c’est un emprisonnement maximal de 10 ans », ajoute-t-il.

Me Ménard Dumas croit que ces peines seront purgées simultanément.

Rectificatif : Une version précédente de ce texte affirmait que Me Ménard Dumas ne croyait pas que les peines seraient purgées simultanément alors que c'est le contraire.

L’un des 13 survivants de l’accident d’autocar des Broncos de Humboldt, Ryan Straschnitzki, a déclaré en entrevue à CBC que « l’intention du chauffeur n’était pas de nous blesser ce jour-là, mais cette erreur va évidemment changer sa vie et changer toutes nos vies. »

Vue sur une mère, père et un jeune homme dans un fauteuil roulant

La famille Straschnitzki traverse cette épreuve « un jour à la fois. »

Photo : Susan Ormiston

Déclaration des Broncos

Dans une déclaration écrite, l’équipe de hockey junior des Broncos de Humboldt a remercié la GRC et les enquêteurs pour leur travail.

Notre organisation a foi dans le système de justice et nous suivrons cette affaire de près

déclaration des Broncos de Humboldt

L’équipe souligne qu'elle ne fera aucun autre commentaire d’ici la fin du processus judiciaire. Son objectif premier étant « de soutenir les survivants et les familles directement touchées par la tragédie du 6 avril. »

Inexpérience du chauffeur pointée du doigt

Cela ne faisait qu’un mois que Jaskirat Singh Sidhu travaillait pour la compagnie de transport albertaine Adesh Deol Trucking Limited lorsque la collision est survenue.

Le propriétaire de l’entreprise, Sukhmander Singh, a confirmé quelques jours après la tragédie que son employé avait reçu une formation de deux semaines avant d’être autorisé à prendre la route.

De nombreuses voix s’étaient levées à la suite de cette révélation. L’ancien président de l’Association du camionnage de la Saskatchewan, Denis Prud’homme, par exemple, avait affirmé que cette période de formation était insuffisante et que « cela devrait être illégal ».

Pour prendre le volant d’un camion semi-remorque en Saskatchewan, un conducteur doit avoir un permis de conduire classe 1 A. Il incombe aux entreprises d'imposer ou non une formation supplémentaire aux conducteurs.

Quelques jours après l’accident des Broncos de Humboldt, le permis d’exploitation de l’entreprise de camionnage Adesh Deol Trucking Limited avait été suspendu.

La compagnie de transport ne fait face à aucune accusation pour le moment.

« S’il y avait eu des problèmes d’heures de conduite ou de fraude au niveau des heures de conduite [...], il aurait pu y avoir des accusations contre les gens en entreprise, pas juste contre le conducteur », explique le président de l’Association canadienne des avocats en droit du transport, Me Ménard Dumas.

L’Alliance canadienne du camionnage (ACT) a indiqué, par écrit, qu’elle attendait de connaître les détails de l’enquête de la GRC, notamment les motifs des 29 accusations, avant « d’apporter des améliorations au système de sécurité des véhicules commerciaux ».

Saskatchewan

Accident de la route