•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cathédrale de Rimouski : le « miniconcert d'orgue » est illégal, dit l'Archevêché

Cathédrale Saint-Germain.

La cathédrale Saint-Germain de Rimouski est fermée depuis novembre 2014.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Archevêché de Rimouski qualifie d'illégal le miniconcert d'orgue organisé jeudi par quatre marguilliers de la Fabrique Saint-Germain.

Un texte de Julie Tremblay

Par voie de communiqué, l'Archevêché affirme que cet événement s'est déroulé « sans l'autorisation indispensable de la Mutuelle des fabriques », qui assure la cathédrale.

L'Archevêché précise que personne de son organisation n'avait été prévenu de la tenue de cette activité et que ce genre d'agissements « pourrait entraîner la suspension de la couverture pour la responsabilité civile » entourant la cathédrale.

Il nous a cependant été impossible de confirmer cette information auprès de la Mutuelle des fabriques.

Les responsables de l'Archevêché ajoutent qu'ils « comprennent l'impatience » des paroissiens dans ce dossier et rappellent que l'Archevêché continue son travail afin de trouver un projet porteur qui permettrait de sauver la cathédrale.

Le climat conflictuel alimenté par des gestes et des propos démesurés n'apporte rien de constructif. Un consensus est nécessaire pour que les différents intervenants puissent travailler de concert et redonner à la population une cathédrale qui fera sa fierté.

Extrait du communiqué émis par l'Archevêché de Rimouski

De son côté, le député de Rimouski, Harold Lebel, estime que les propos tenus jeudi en marge du miniconcert illustrent l'exaspération des citoyens par rapport à ce dossier.

Il déplore le manque de confiance entre les personnes qui tentent de trouver des solutions pour la cathédrale et refuse de rejeter le blâme sur l'archevêque de Rimouski, Denis Grondin.

On ne se fait pas confiance l'un l'autre. Ça crée des clans, ça permet à des gens de s'exprimer un peu fort, peut-être même un peu trop fort des fois. Je pense qu'il faut calmer le jeu.

Harold Lebel, député de Rimouski

La responsable des communications à l'Archevêché de Rimouski, Ginette Larocque, affirme qu'il n'y aura aucune entrevue dans ce dossier, puisque Mgr Grondin est à l'extérieur de la ville pour plusieurs semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !