•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joe Fafard rend hommage à Van Gogh, le « sculpteur sur toile »

Un homme pose devant un portrait aux tonalités orange et bleue.

L'artiste Joe Fafard devant l'une de ses oeuvres exposées à Winnipeg, en hommage à Vincent Van Gogh.

Photo : Radio-Canada / Thibault Jourdan

Radio-Canada

Le sculpteur fransaskois Joe Fafard, figure incontournable de la scène canadienne contemporaine, est l'invité de la Galerie Mayberry à Winnipeg, jusqu'au 28 août.

Cela fait une trentaine d’années que Bill Mayberry, le président de la galerie d’art qui porte son nom à Winnipeg, expose les œuvres de Joe Fafard. Son enthousiasme ne s’est pas émoussé au fil des ans, bien au contraire.

« Sa personnalité, sa passion et son talent naturel lui donnent une place à part sur la scène artistique nationale. Au premier coup d’œil, qu’il s’agisse d’une pièce en céramique datant de ses débuts, d’une des œuvres de son bestiaire découpées au laser ou d’une œuvre en laine, on sait que c’est un Fafard », explique le galeriste en évoquant le sculpteur de la Saskatchewan.

Plus d’une trentaine de pièces ont pris place entre les murs de la galerie pour ce qui est la première exposition d’envergure de Joe Fafard à Winnipeg depuis près de 10 ans.

Et parmi elles, la grande majorité est constitué de pièces nouvelles, sur lesquelles l’artiste a travaillé tout l’hiver.

On y découvre notamment, une série de portraits et de sculptures rendant hommage à des maîtres qui l’ont inspiré, Paul Gauguin et Vincent Van Gogh.

Deux sculptures représentant Vincent Van Gogh et Paul Gauguin, sur un fond blanc.

Les sculptures de Vincent Van Gogh et Paul Gauguin par Joe Fafard.

Photo : Radio-Canada / Thibault Jourdan

« Van Gogh surtout, décrit-il. Il a toujours fait partie de moi depuis 1983. J’ai fait mes premières études sur Van Gogh, j’ai lu toutes ses lettres. C’est quelqu’un de tellement important pour l’art moderne, pas seulement en Europe, mais aussi en Amérique ou au Japon. C’est un artiste tellement profond et intéressant, dont j’ai toujours voulu faire les portraits. Et j’en ai fait plusieurs! »

Un « faiseur d'images »

Pour l’artiste canadien aux 50 ans de carrière, qui se décrit lui-même comme un « faiseur d’images », quel que soit son support, la démarche n’est pas anodine.

Car, là où d’autres vantent la palette de couleurs de Vincent Van Gogh, lui voit avant tout le relief que ce dernier a su donner à son art.

« Dans sa façon de peindre, Van Gogh donne un sens de volume à ses pièces, qui semblent presque tomber du cadre, comme si elles étaient en trois dimensions », estime-t-il.

Enfin, inspiré par les effets de mode de l’ère contemporaine, Joe Fafard a décidé de se prêter à l’exercice de l'autoportrait.

Une sculpture représentant l'artiste Joe Fafard debout, le téléphone dépassant de la poche de sa chemise.Agrandir l’image

L'autoportrait de l'artiste Joe Fafard sous forme de "selfie".

Photo : Radio-Canada / Thibault Jourdan

Son oeuvre intitulée Selfie, une série de sculptures représentant l’artiste debout, les mains sur les hanches et le téléphone dépassant de la poche de sa chemise, est un clin d’œil au phénomène.

« Parce que, depuis toujours, les artistes ont pratiqué l’autoportrait », dit-il en riant.

L’exposition des œuvres de Joe Fafard est à voir jusqu’au 28 août à la Galerie Mayberry, 212 avenue McDermot, en entrée libre.

Avec des informations de Marie-Gabrielle Ménard.

Manitoba

Arts visuels