•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sherbrooke lance son appel de propositions pour le Quartier Well Sud

Le nouveau logo du Quartier Well inc.
Le nouveau logo du Quartier Well inc. Photo: Radio-Canada

Sherbrooke repart à neuf avec la revitalisation de la rue Wellington Sud. La Ville a officiellement lancé un appel de propositions pour le Quartier Well Sud, qui comporte tout de même quelques similarités avec le défunt projet Well inc.

L’appel de propositions concerne les cinq bâtiments situés sur la rue Wellington Sud, dont notamment l’hôtel Wellington et le stationnement à étages.

Les exigences de la Ville ressemblent à ce que le consortium privé avait jadis proposé dans le projet Well inc. Un stationnement à étages, une place publique et un quartier général de l'entrepreneuriat sont encore exigés.

L'entrée du stationnement à étages devrait se faire par les rues du Dépôt et Wellington Sud. La Ville ignore pour le moment si la gestion lui sera confiée ou s'il s'agira de la responsabilité d'une entreprise privée. « Ça va faire partie de ce qu'on va négocier avec le promoteur. Il y a une entente d'exclusivité qui va suivre l'appel de propositions, c'est là qu'on va négocier ces choses-là avec lui. L'important, c'est que le stationnement soit construit puisqu'on veut qu'il ne soit pas visible de la rue Wellington Sud », explique la présidente du comité de revitalisation du centre-ville, Chantal l'Espérance.

Pour elle, le Quartier Well Sud et Well inc. sont deux entités différentes.« Premièrement, c'est un conseil municipal différent, avec des idées différentes [...]. On a aussi tenu compte de toute la question du développement durable pour construire un bâtiment plus environnemental, qui n'était pas dans la première proposition. Selon moi, ça ne va pas donner le même projet », mentionne-t-elle.

La Ville a aussi présenté une liste de souhaits, qui seront optionnels dans les projets présentés par les entrepreneurs. Par exemple, elle souhaiterait que plus de 650 cases publiques se trouvent dans le stationnement à étages et que les bâtiments puissent contenir plusieurs types de locaux. « On veut aller chercher une mixité dans les usages, complète le maire de Sherbrooke, Steve Lussier. On veut des appartements, des commerces, des bureaux, on veut créer un mode de vie. »

« L'occupation des bâtiments est l'un des critères. Il va falloir que le promoteur nous fasse valoir qu'il a déjà fait des ententes sérieuses avec des locataires pour louer des bâtiments », ajoute Chantal L'Espérance. Le sort de l'Hôtel Wellington n'a pas encore été scellé.

Ça fait partie de la réalité sherbrookoise. Il va falloir que les gens apportent un projet qui rencontre cette réalité. Est-ce que ça passe par la récupération de l'Hôtel Wellington, qu'il faut récupérer à tout prix? Pas nécessairement. On va laisser aller la créativité du promoteur là-dessus.

Chantal l'Espérance, présidente du comité de revitalisation du centre-ville

Une adoption critiquée

Pour la conseillère Évelyne Beaudin, l'appel de propositions aurait dû être adopté lors d'un conseil municipal et non dans un huis clos, comme ce fut le cas.

« Les rencontres à huis clos ne sont pas une instance décisionnelle [...]. Je pensais que ce serait officialisé publiquement au conseil municipal de cette semaine pour que tout le monde ait accès aux discussions », lance-t-elle.

« C'était prévu depuis longtemps, a répliqué Steve Lussier. Tout cela a déjà été parlé en huis clos et tous les élus étaient là. »

Évelyne Beaudin se rejouit tout de même des modifications effectuées par le comité de revitalisation du centre-ville à l'appel initial de propositions. « Il y a une nette amélioration entre la version d'aujourd'hui et ce qui nous a été présenté au début, ça laisse plus de place à la créativité des promoteurs », dévoile-t-elle.

L'appel de proposition est ouvert à tous les promoteurs du Québec qui ont au moins 15 ans d'expérience dans le domaine. Le maire de Sherbrooke affirme qu'il a déjà été approché par des intéressés. « On a reçu quelques appels », confie-t-il.

Les intéressés ont jusqu'au 8 novembre pour déposer leurs propositions. Le projet retenu sera présenté au conseil municipal au début de 2019. Si le projet est accepté par le conseil, l'entrepreneur pourra signer une entente d'exclusivité de six mois.

Le début des travaux est prévu pour l'automne 2019.

Estrie

Politique municipale