•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À côté de Montréal, quatre îles ouvertes aux amateurs de plein air

Un kayakiste prend les eaux du fleuve Saint-Laurent, à Montréal.

Pour accéder aux quatre îles aménagées, il faudra s'y rendre en canot, ou en kayak.

Radio-Canada

Les amoureux de la nature ont maintenant accès à davantage de lieux récréotouristiques dans les eaux entourant Montréal : l'organisme Conservation de la nature Canada (CNC) a ainsi inauguré des infrastructures de plaisance sur quatre îles protégées du fleuve Saint-Laurent.

Dans une annonce transmise par voie de communiqué, CNC indique que les îles Bonfoin, à l'Aigle, aux Cerfeuils et Beauregard, toutes situées près de la pointe est de l'île de Montréal ou aux abords des villes de Repentigny et de Verchères, sont désormais accessibles aux kayaks et canots.

Une fois les embarcations non motorisées solidement amarrées près des postes d'accueil de ces quatre îles, les visiteurs pourront circuler sur des sentiers pédestres et faire une halte sur les plateformes d'observation.

En tout, seulement 1 à 2 % de la superficie de ces îles est accessible au public, explique Julien Poisson, directeur de programmes pour le sud du Québec à Conservation de la nature Canada, à l'émission Le 15-18.

« On a pesé le pour et le contre, et on s’est dit que de sacrifier 1 % à 2 % de superficie par île pour mettre de l’avant la mission d’éducation, de sensibilisation de la population, ça vaut la peine », indique-t-il.

Sensibilisation à la conservation

En plus d'offrir des lieux de détente, CNC veut sensibiliser la population à l'importance des efforts de conservation environnementale.

L'organisme mentionne ainsi que ces îles, situées à proximité d'une zone de conservation pour les oiseaux, « abritent plusieurs espèces en situation précaire au Québec, dont le hibou des marais, le goglu des prés et l'hirondelle de rivage ».

Les environs de ces îles sont aussi visités par diverses espèces de poissons, y compris le chevalier cuivré, une espère en voie de disparition qui n'existe qu'au Québec.

Le programme de transformation et de conservation a bénéficié d'une subvention de 140 000 $ de la Fondation Hydro-Québec pour l'environnement. Le gouvernement fédéral a de son côté déboursé près de 125 000 $ pour le projet.

Les travaux réalisés par CNC s'inscrivent dans le cadre d'un plan plus vaste, bénéficiant de dons totalisant 500 000 $, pour aménager un total de sept îles qui appartiennent à l'organisme.

On trouve environ 200 îles dans les rivières ceinturant Montréal.

Grand Montréal

Sports et loisirs