•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fraudes téléphoniques en hausse dans la région d'Ottawa

Un homme de profil regarde son cellulaire dans la pénombre.

Un homme consulte son cellulaire.

Photo : Getty Images / RapidEye

Radio-Canada

En 2018, le nombre de résidents d'Ottawa qui ont été victimes d'un appel téléphonique frauduleux affirmant provenir de l'Agence du revenu du Canada (ARC) a considérablement augmenté. Ces fraudes représentent jusqu'à présent cette année des pertes financières de plus de 37 000 $ pour les victimes qui ont mordu à l'hameçon.

À Ottawa, le Centre antifraude du Canada (CAFC) a déjà reçu 300 appels liés à ce type de fraudes. En 2017, seuls 228 appels avaient été répertoriés dans toute l'année.

D'ailleurs, le CAFC estime que seulement moins de 5 % des victimes de fraudes font un signalement.

Robert Rochefort, analyste des fraudes au CAFC, a noté une augmentation du nombre de plaintes entre 2017 et 2018.

L'an dernier, au total, 12 000 plaintes ont été signalées partout au pays, pour une valeur de 3 millions de dollars en pertes. Cette année, 13 000 plaintes ont été faites dans les 6 premiers mois de l'année. Les pertes des victimes totalisent déjà 4 millions de dollars.

À noter que ce ne sont pas tous les plaignants qui ont perdu de l'argent. De ce nombre, il est difficile, selon M. Rochefort, de connaître les pertes individuelles de chaque victime de fraude. Pour les 8 victimes d'Ottawa du mois dernier, les pertes totalisent un peu plus de 37 000 dollars.

« Évidemment, entendre ces chiffres-là, c'est désastreux parce qu'il y a des gens souvent qui perdent les économies de toute une vie ou de plusieurs années de travail », a pour sa part affirmé le sergent aux enquêtes générales au Service de police d'Ottawa, Steven Desjourdy.

On ne sait toutefois pas combien d'argent les victimes ont perdu sur une base individuelle.

L'ARC prend la situation au sérieux

Dans une déclaration écrite, l'ARC dit qu'elle prend la situation au sérieux et dit reconnaître que ces fraudes peuvent avoir un impact financier important sur les victimes.

Elle rappelle par ailleurs qu'usurper l'identité de l'agence est une infraction.

L'Agence signale que la meilleure façon de se protéger d'une telle fraude est de confirmer son statut directement auprès de l'ARC avant d'entreprendre quelque autre démarche, en composant le 1 800 959-8281 ou en visitant le site Internet de l'ARC (Nouvelle fenêtre).

L'ARC rappelle qu'elle ne fera jamais :

  • de menaces d'arrestation ou d'implication de la police;
  • de demandes de paiement par carte de crédit prépayée ou par carte-cadeau;
  • de demandes d'effectuer des transactions pas transfert électronique (transfert Interac);
  • de correspondance par message texte.
Source : Agence du revenu du Canada

La prévention est la seule solution

M. Rochefort ne sait pas pourquoi la région d'Ottawa est ainsi ciblée, mais rappelle que les fraudeurs procèdent souvent par région. Il s'agit d'un autre défi auquel est confronté le CAFC. « La difficulté, c'est que lorsqu'une ligne téléphonique est fermée, ça ne prend que quelques minutes pour en [établir] une autre », a-t-il dit.

Il reconnaît que les fraudeurs changent non seulement de région, mais ils changent aussi leur modus operandi. L'année dernière, les fraudeurs se servaient de cartes prépayées pour frauder la population. Les efforts de conscientisation ont porté leurs fruits, selon l'analyste, mais les fraudeurs se servent maintenant du nom de l'Agence du revenu du Canada pour convaincre les gens.

MM. Rochefort et Desjourdy rappellent que la meilleure façon de contrer les fraudeurs demeure la prévention.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Ottawa-Gatineau

Fraude