•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mesure disciplinaire pour le président de l’Institut des politiques du Nord de l’Ontario 

Charles Cirtwill, président et chef de direction de l’Institut des politiques du Nord
Charles Cirtwill, président et chef de direction de l’Institut des politiques du Nord Photo: Institut des politiques du Nord
Radio-Canada

Une enquête menée par une tierce partie en 2017 a révélé que Charles Cirtwill, a juré à maintes reprises contre une ancienne employée. Le président fondateur de l'organisme a aussi été réprimandé pour inconduite professionnelle.

M. Cirtwill s’est notamment fait servir un avertissement par écrit par le conseil d’administration, selon des documents obtenus par CBC.

L’enquête mise sur pied l’automne dernier a porté sur des allégations d’intimidation et de harcèlement au travail contre M. Cirtwill, son assistant, un autre membre du personnel de l’Institut des politiques du Nord et le conseil d’administration.

Elle a été tellement secouée qu’une note médicale lui a été remise indiquant qu’elle et M. Cirtwill ne pouvaient plus avoir de communications directes.

Extrait du rapport de l’enquêteur indépendant

Toutes les plaintes sauf une ont été rejetées par l’enquêteur, car elles ne cadraient pas avec la définition de harcèlement en milieu de travail ou parce qu’elles étaient non fondées.

Le rapport note toutefois que M. Cirtwill a fait des commentaires « inappropriés » et possiblement « non professionnels » à divers moments.

Les allégations de harcèlement remontent à septembre dernier au cours d’une réunion à laquelle participait le président de l’institut et des membres du personnel selon le rapport.

CBC s’est engagée à ne pas publier le nom de la plaignante par crainte de représailles de la part de son ancien patron et dans la quête future d’un emploi ailleurs.

La plaignante allègue que M. Cirtwill a fait des gestes agressifs et a juré contre elle à plusieurs reprises lors d’échanges musclés au cours de la réunion pendant une quarantaine de secondes.

Selon le rapport, plusieurs témoins ont dit se rappeler une rencontre au cours de laquelle le président de l’Institut a crié et juré, a frappé la table avec ses poings et a lancé une boule de stress à travers la pièce, ratant de quelques centimètres seulement un membre du personnel.

Charles Cirtwill a indiqué à CBC qu’il ne pouvait commenter le rapport, invitant plutôt à s’adresser au conseil d’administration.

L’enquêteur a aussi indiqué que le principal intéressé s’est excusé par courriel à la plaignante.

Logo de l’Institut des politiques du Nord. vLe président par intérim du CA de l’Institut des politiques du Nord Harley d’Entremont a indiqué par courriel mercredi que l’organisme ne commentera pas publiquement les résultats d’une enquête confidentielle. Photo : Institut des politiques du Nord

À la suite de l’incident du 19 septembre, le ministère du Travail a émis deux ordonnances dont l’une, sur l’affichage de la loi entourant la violence et le harcèlement en milieu de travail.

L’autre ordonnance était de remettre aux parties concernées une copie du rapport de l’enquêteur.

Les deux directives ont été respectées selon le ministère qui confirme qu’une seule plainte du genre a été enregistrée à l’Institut des politiques du Nord depuis son ouverture en 2013.

Avec les informations de CBC

Politique provinciale

Justice et faits divers