•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lyre de gambe d'Anne Duranceau : « Un amplificateur de l'émotion »

Radio-Canada

Anne Duranceau est contrebassiste et gambiste. Elle nous présente sa lyre de gambe, un instrument qui la touche jusqu'au plus profond de son être.

Une rencontre de Monique Polloni

Après une courte carrière en danse classique à Québec, Anne Duranceau s’est tournée vers la musique. Elle est titulaire d’un baccalauréat en contrebasse de l’Université Laval et d’une maîtrise de l’Université de l’Arizona. Contrebassiste et gambiste au sein de formations variées, elle aborde différents styles musicaux : de la musique de chambre au tango, de la chanson française à la musique sacrée.

La série Mon instrument met en vedette ces fidèles complices de scène de musiciens que nous chérissons. Ces artistes nous racontent l'histoire de leurs instruments et nous parlent de la relation qu'ils entretiennent avec eux.

À lire dans cette série :

Anne a toujours été séduite par la musique ancienne et joue de plus en plus souvent de la musique de la Renaissance et du baroque avec l’Ensemble de violes de gambe de Vancouver et d’autres formations spécialisées dans le genre.

Six violes de gambe sur leurs supportsVioles de gambe Photo : Radio-Canada

Son histoire d’amour avec ces nobles instruments a commencé toute jeune lorsque sa mère l’a emmenée à un concert de musique ancienne. C’est à ce moment qu’elle a eu le coup de foudre pour la viole de gambe et qu’elle a voulu en jouer.

Le rôle de l'instrument est beaucoup lié à des moments d'épiphanie ou de découverte du sublime.

Anne Duranceau

Ce n’est que 20 ans plus tard qu’elle fera sa première rencontre, comme musicienne, avec une viole de gambe.

C'est un instrument qui fait une texture, qui tisse quelque chose qui peut être éthéré, mais qui a, quand même, un côté accordéon, un côté soufflet, une respiration.

Anne Duranceau

Aujourd’hui, c’est entourée de toute une famille de violes de gambe qu’Anne nous raconte son histoire d’amour avec la petite dernière, la lyre de gambe, après l'avoir entendue lors d'un concert à Vancouver.

Je me suis retrouvée dans tous mes états. J'ai été couverte de frissons, j'ai été émue, j'avais la gorge serrée. (...) Je pense que les émotions qui viennent avec cet instrument, ce sont des émotions qu'on ressent physiquement.

Anne Duranceau

C’est une relation pour le meilleur et pour le pire avec cet instrument dont elle est éperdument amoureuse. La lyre de gambe lui cause de la douleur aux doigts à cause du positionnement différent de la contrebasse. L’apprivoisement se fait lentement. Une note à la fois, un accord à la fois.

Musique

Arts