•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme tué par un ours polaire au Nunavut

Un homme a été tué par un ours au Nunavut.

Un ours polaire traverse la route à Churchill au Manitoba en 2009.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un homme du Nunavut a été tué par un ours blanc en tentant de protéger ses enfants, a indiqué la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

L'attaque s'est produite mardi soir sur une île près d'Arviat, dans la baie d'Hudson.

Aaron Gibbons, 31 ans, était avec ses enfants lorsque l'ours l'a attaqué. Il n’était pas armé.

Les membres de sa communauté rapportent que Gibbons s'est mis entre ses enfants et l'ours. Ils n'ont pas été blessés. Aaron Gibbons est mort sur les lieux et l'ours a été abattu par un autre individu, selon la GRC.

Aaron est mort en héros, il a protégé ses enfants.

Eric Anoee, cousin de la victime

Aaron Gibbons était un père dévoué qui passait beaucoup de temps avec ses enfants, a dit son cousin Eric Anoee, notant qu'il était aussi un bon chasseur.

Sa mort a affecté l'ensemble de la communauté, où vivent plus de 2500 personnes.

Nous sommes sous le choc, mais nous sommes résilients et nous allons continuer en tant que communauté

Eric Anoee, cousin de la victime

John Main, député provincial d'Arviat North-Whale Cove, s'est fait l'écho de ces sentiments.

La communauté veut aussi connaître les circonstances qui ont mené à l'attaque, afin d'empêcher que cela ne se reproduise.

La dernière victime en date d'une attaque d'ours polaire au Nunavut remonte à 18 ans, à Rankin Inlet.

Les aînés d'Arviat disent que les ours fréquentent la communauté plus souvent que par le passé et qu'ils ont moins peur des humains, ce qui mène à plus d'incidents.

« J'ai moi-même vécu à la limite de la communauté, j'ai vu de mes propres yeux comment les ours migrent jusqu'ici à l'automne, à quel point la situation peut être tendue », a dit Eric Anoee.

Les ours se rapprochent d'Arviat

Pour le député provincial d'Arviat North-Whale Cove, les risques posés par les ours polaires sont devenus une réalité pour la communauté.

Octobre et novembre sont les mois de pointe, dit-il, bien que les ours sont également vus près de la communauté en été et même au printemps.

Des efforts ont été faits pour s'attaquer à ce problème.

En 2010, un programme de patrouille d'ours polaire a été lancé avec l'appui du WWF-Canada pour surveiller le périmètre de la communauté en période de pointe. L'organisation affirme qu'elle a réduit le nombre d'ours tués.

Selon les chiffres de 2016 du ministère de l'Environnement du territoire, 205 ours ont été chassés par le programme dans la région de l'ouest de la baie d'Hudson, tandis que 29 ours ont été déplacés par des agents de conservation au moyen de pièges à ponceaux. Quatre ours ont été tués.

« Nous sommes au pays des ours et les Inuits ont coexisté jusqu'à aujourd'hui avec les ours polaires. Nous avons le plus grand respect pour ces animaux et c'est parfois difficile, mais nous y arrivons », a dit Eric Anoee.

La GRC d'Arviat enquête sur le drame avec le concours du Bureau du coroner en chef du Nunavut.

Avec les informations de Agence France-Presse, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !