•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Police d’Halifax : le chef Jean-Michel Blais quitte son poste

Jean-Michel Blais

Jean-Michel Blais est directeur du service de police d’Halifax depuis octobre 2012.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Radio-Canada

Le directeur du service de police régional d'Halifax, Jean-Michel Blais, prend sa retraite.

Le chef de police a annoncé mercredi qu'il quittera ses fonctions d'ici le 31 mars 2019. Il avait été nommé à la tête du service policier de la plus grande ville de la Nouvelle-Écosse le 11 octobre 2012, après une carrière de 25 ans à la Gendarmerie royale du Canada.

M. Blais continue d’exercer ses fonctions, le temps que le processus de sélection d’un nouveau directeur suive son cours, a indiqué la municipalité.

« Mener cette équipe dévouée de la Police régionale d’Halifax et servir notre communauté comme son directeur de police ont été deux des plus grands privilèges de ma vie professionnelle », a indiqué M. Blais.

Plusieurs enjeux

Depuis le début de son mandat, il y a près de six ans, à la tête du service d’un demi-millier de policiers à la Municipalité régionale d’Halifax, Jean-Michel Blais a dû réagir à certaines controverses. En 2017, par exemple, le service policier avait été embarrassé par la perte au cours des années précédentes de nombreux éléments de preuve.

Jean-Michel Blais reçoit une décoration pour son service à Haïti avec l'ONU.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ancien de la GRC, Jean-Michel Blais a participé à trois missions de l'ONU à Haïti.

Photo :  Gracieuseté de Jean-Michel Blais

La question du profilage racial a aussi éclaté au grand jour en 2017, après qu’une enquête de la CBC en Nouvelle-Écosse eut révélé que les Noirs étaient trois fois plus susceptibles que les Blancs d’être contrôlés par les agents de la Police régionale d’Halifax, et les personnes du Moyen-Orient près de deux fois plus souvent que les Blancs.

Le service policier, et M. Blais lui-même, ont aussi été mis sur la sellette après des allégations de discrimination dont d’anciens membres du corps policier souffrant de stress post-traumatique disaient avoir été victimes.

Volontaire comme policier des Nations unies en Haïti, Jean-Michel Blais a participé à trois missions dans ce pays et a souvent discuté publiquement de son combat contre le syndrome de stress post-traumatique dont il a souffert.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Justice et faits divers