•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bombardier procède au rappel de 67 des 89 tramways livrés à Toronto

Un tramway circule rue Spadina, à Toronto.
Un des nouveaux tramways de Bombardier à Toronto Photo: CBC / David Donnelly

Après des mois de retard dans la production des nouveaux tramways de Toronto, Bombardier doit renvoyer à l'usine, à cause de problèmes de soudure, 75 % de ses tramways.

Bombardier affirme qu'il s'agit de maintenance préventive. Pour ce faire toutefois, chaque tramway devra passer 12 semaines à l'usine de La Pocatière, au Québec, soit beaucoup plus de temps que pour l'assemblage initial à Thunder Bay.

Le porte-parole de Bombardier, Eric Prud’Homme, explique que les tramways doivent être défaits en partie pour que le personnel puisse avoir accès à certaines soudures sous le châssis. Le constructeur en profitera par ailleurs pour apporter des améliorations aux véhicules.

Alain Bellemare, le président et chef de la direction de Bombardier, a réagi aux retraits des tramways concernés :

C'est sûr qu'il y a une déception. Mais il faut mettre les choses en perspective [...] La technologie est complexe, ça arrive d'avoir des problèmes techniques. Les problèmes sont réglés. Les nouveaux trains sortent avec les bonnes certifications au niveau des soudures.

Un portrait du maire de TorontoLe maire de Toronto, John Tory Photo : Radio-Canada

Le maire en colère

De son côté, le maire de Toronto, John Tory, ne cache pas sa colère.

Mon extrême frustration face à ce contrat signé par le précédent conseil municipal en 2009 n'est un secret pour personne.

John Tory, maire de Toronto

Bombardier assumera la totalité des coûts liés au rappel.

Nous pouvons comprendre la frustration. Dans ce cas précis, Bombardier était proactif. Cette maintenance n'a aucun effet sur la sécurité des passagers.

Eric Prud’Homme, porte-parole de Bombardier

M. Prud'Homme explique que les réparations visent à assurer la durée de vie de 30 ans des nouveaux tramways, comme prévu dans le contrat de 1 milliard de dollars signé entre Bombardier et Toronto.

Impact sur les usagers?

La réparation des 67 tramways s'échelonnera jusqu'en 2022.

Afin de minimiser l'impact sur les usagers, les trams touchés seront renvoyés à l'usine en groupe de trois ou quatre, indique le porte-parole de la Commission de transport de Toronto (CTT), Brad Ross. Il ajoute toutefois que la CTT pourrait avoir recours à des autobus de remplacement pour certaines lignes.

Chacun des tramways en réparation sera hors service durant 19 semaines au total :

  • 2 semaines de transport par rail de Toronto à La Pocatière;
  • 12 semaines à l'usine de La Pocatière;
  • 2 semaines de transport par rail de La Pocatière à Toronto;
  • 3 semaines de tests à Toronto avant d'être en service.

Bombardier affirme avoir choisi La Pocatière en raison de l'expertise de son centre de soudage et pour éviter que ses travailleurs ne soient débordés à Thunder Bay et à Kingston, puisqu'ils s'affairent déjà à l'assemblage des autres nouveaux tramways que Bombardier doit livrer à Toronto d'ici la fin de 2019.

La Ville a commandé 204 trams au total et Bombardier promet de respecter l'échéance de 2019.

La faute du Mexique

Bombardier indique que les problèmes de soudure sont liés à des éléments structuraux en provenance du Mexique.

Les 67 tramways qui nécessitent des réparations ont été fabriqués avant la fin de 2017.

Bombardier dit avoir procédé à un rappel après une enquête de 18 mois. Il y a 1600 mètres de soudure sur chacun des tramways de la TTC, affirme M. Prud'Homme, ce qui vous permet de comprendre le niveau d'examen, d'enquête, de collecte de données et de calcul structurel, ainsi que la coordination avant que nous arrivions à une conclusion concernant un problème de quelques millimètres de soudure.

La compagnie avait informé Toronto des problèmes de soudure en octobre 2017, mais la CTT a choisi à l'époque de garder les tramways en service, étant donné que la sécurité des usagers n'était pas en jeu, jusqu'à ce que les réparations soient effectuées.

Politique municipale

Économie