•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bébé oublié dans une voiture à Saint-Jérôme : la coroner déplore l’absence de règles pour les constructeurs automobiles

Le reportage de Jean-Sébastien Cloutier.
Radio-Canada

Le 17 août 2016, la vie d'un père de famille de Saint-Jérôme a basculé en arrivant à la garderie où il pensait récupérer son enfant de moins d'un an. Son bébé n'était pas là, le père l'avait oublié dans son siège d'auto en début de journée. Le bambin a été retrouvé mort vers 17 h 30 dans la voiture stationnée en face de la garderie. Radio-Canada a obtenu une copie du rapport de la coroner.

Un texte de Maude Montembeault

Près de deux ans après cette tragédie, la coroner Denyse Langelier s’interroge sur l’absence de réglementation canadienne pour les constructeurs automobiles.

Il existe actuellement plusieurs dispositifs afin d’alerter le conducteur de la présence d’un bébé à bord, mais aucune réglementation canadienne n’oblige pour le moment les constructeurs d’automobiles à en installer un.

Denyse Langelier, coroner

La coroner indique que des capteurs dans le siège d’enfant, des miroirs et des caméras pour détecter la présence d’un enfant pourraient être utilisés. Elle ajoute aussi que d’autres dispositifs lancent des alertes sur le cellulaire.

Denyse Langelier cite même l’initiative de deux jeunes élèves montréalaises qui se sont illustrées à la finale canadienne d’Expo-sciences en mai 2017 avec l’invention « Attention bébé à bord ».

Entrevue avec la coroner Denyse Langelier.

La coroner interpelle Transports Canada

La coroner a communiqué avec Transports Canada, qui lui a répondu qu’aucun capteur n’est suffisamment efficace pour détecter les enfants laissés sans surveillance dans un véhicule.

Transports Canada ajoute que les enfants peuvent avoir une respiration et un rythme cardiaque irréguliers et produisent seulement de petites quantités de dioxyde de carbone, ce qui rend très difficile la possibilité de les détecter. 

Le père de Saint-Jérôme n’a pas été accusé à la suite de la mort de son enfant.

Dans le rapport de la coroner, le père déclare avoir changé sa routine matinale ce qui aurait causé le drame.

Habituellement, il laisse [le bébé] à la garderie puis dépose les deux autres enfants au camp de jour. Ce matin-là, il décide de les mener d’abord à leur camp de jour. Le jeune [enfant] est silencieux, il ne l’entend pas et oublie sa présence. De plus, le siège d’enfant est volumineux et il respecte les normes gouvernementales. Toutefois, il est impossible de voir s’il y a un enfant assis en regardant derrière ou dans le rétroviseur, puisque l’enfant est complètement caché par les montants du siège.

Rapport du coroner

Son histoire pousse la coroner à formuler le souhait qu’on installe prochainement un outil qui préviendrait l’oubli des enfants dans les voitures.

Un siège d’auto pour sauver des vies d’enfants

Les soeurs jumelles Marie-Pier et Sophie Vermette-Lacroix ont été touchées par la tragédie survenue à Saint-Jérôme.

Deux soeurs debout devant une voiture dans un stationnement à MontréalMarie-Pier et Sophie Vermette-Lacroix, 16 ans, ont inventé un dispositif pour aider les parents à ne pas oublier leur enfant dans le siège d'auto. Photo : Radio-Canada

Dans le cadre de la compétition Expo-sciences, les adolescentes de 16 ans ont trouvé une solution pour alerter le conducteur lorsqu’il oublie un bambin dans son siège. C’est cette invention qui est citée dans le rapport de la coroner Langelier.

On a fait une recherche pour savoir si ça existait déjà. On a vu que non. Aux États-Unis, il y a 37 cas par année d’enfants oubliés dans les voitures. On s’est dit que c’était important de réaliser quelque chose.

Sophie Vermette-Lacroix

Les deux apprenties-scientifiques décrivent leur dispositif comme étant fiable, facile à installer et peu coûteux.

Comment ça fonctionne

Le système est composé de deux boutons poussoirs : un sous un coussin placé sur le siège du conducteur et l’autre dans le siège pour bébé.

« Le microcontrôleur est la pièce centrale de notre dispositif, un peu comme le cerveau. C’est lui qui va reconnaître qui est présent, qui est absent, affirme Marie-Pier. Lorsqu’il y a seulement l’interrupteur du siège de l’enfant qui est enclenché, le microcontrôleur va envoyer un message à l’alarme qui va sonner pour alerter le conducteur. »

Leur système est capable de détecter la présence d’un bébé d’à peine 1,9 kg.

Capteur dans un siège d'auto pour enfantsLe capteur est installé dans le siège d'auto pour enfants pour détecter la présence d'un bébé. Photo : Radio-Canada

Perfectionner et commercialiser leur invention

Pour l’instant, l’alarme sonne dans la voiture, mais les deux soeurs souhaitent que leur système devienne sans fil. Ainsi, le trousseau de clés du chauffeur sonnerait aussi grâce à un avertisseur.

Marie-Pier et Sophie veulent pousser l’invention encore plus loin en installant un système Bluetooth afin qu’un message soit envoyé aux membres de la famille de l’enfant oublié.

En plus d’obtenir la troisième place au concours national d’Expo-sciences, Marie-Pier et Sophie ont été remarquées au festival Eurêka, qui célèbre la science au Québec. Une mentore les accompagnera afin de faire breveter et commercialiser leur invention au cours des prochains mois.

Elles rêvent d’un partenariat avec un fabricant de sièges pour bébés mais, ultimement, elles souhaitent éviter d’autres drames semblables à celui de Saint-Jérôme et, plus récemment, dans Le Sud-Ouest, à Montréal.

Société