•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un randonneur mordu à la cuisse par un ours noir sur le sentier Mantario

Un ours noir dans la nature.

Un habitant de Winnipeg dit avoir été mordu par un ours noir comme celui-ci.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un habitant de Winnipeg, attaqué par surprise par un ours noir sur le sentier de randonnée Mantario, invite les randonneurs à la plus grande prudence devant ce qu'il considère comme un « comportement anormal ».

Ryan Potter, âgé de 44 ans, et son épouse, Allison, avaient quitté Winnipeg, lundi, avec l’intention de passer la nuit le long de ce sentier qui longe la frontière entre le Manitoba et l’Ontario dans le parc provincial du Whiteshell.

Ils avaient marché pendant environ une heure sur le chemin boueux et venaient de dépasser le lac en empruntant une section du sentier entourée de broussailles.

« Soudain, quelque chose m’a attaqué par-derrière, me frappant très fort aux jambes », explique Ryan Potter, dont la femme se trouvait à ce moment-là quelques mètres devant lui.

Quand je me suis retourné, il y avait un ours. Il était si près que j’aurais pu lui caresser la tête.

Ryan Potter, blessé par un ours

M. Potter et sa femme se sont mis à crier ensemble pour faire reculer l’ours. Ryan Potter a agité son bâton de randonnée et a commencé à marcher à reculons, mais l’ours de près de 90 kg est demeuré calme.

« Il avançait vers moi alors que je reculais, en cherchant d’une main mon répulsif à ours dans mon étui, tout en gardant mon regard dans le sien, et j’ai fini par réussir, et c’est à ce moment que je suis tombé », reprend le randonneur.

À genoux, il parvient à vaporiser le répulsif vers l’ours, qui finit par s’éloigner en secouant la tête.

Sauvé par son attelle

Ryan et Allison Potter se sont enfuis vers le stationnement. En chemin, ils se sont arrêtés pour vérifier l’état de la blessure de Ryan, qui n’était pas aussi importante qu’il l'aurait cru.

« C’était douloureux, il y avait des griffures et la marque de l’un de ses crocs, mais ce n’était pas si grave que cela », explique Ryan Potter, qui estime que l'attelle en néoprène qu'il portait au genou a sans doute permis d’éviter des blessures plus profondes.

« Ce comportement n'est pas normal, aucun ours n'attaque par-derrière », ajoute-t-il.

Gros plan sur la cuisse d'un homme portant des traces laissées par les crocs d'un ours.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ryan Potter estime que son attelle en néoprène a évité que les morsures ne soient plus importantes.

Photo : Allison Potter

Le couple a croisé le chemin de deux randonneurs, qui n’étaient pas munis de répulsif à ours et ils sont parvenus à regagner leurs voitures tous ensemble.

C’est là, une fois le réseau téléphonique rétabli, que l’alerte a pu être donnée auprès de Conservation Manitoba.

Le sentier partiellement fermé au public

Dès l’annonce de l’incident, le sentier de randonnée de Mantario a été fermé au public dans la portion comprise entre le Grand Whiteshell et le lac Mantario, le temps que les agents de protection de la faune repèrent l’ours et le déplacent.

Un porte-parole de l’office provincial a expliqué que des panneaux avaient été installés au départ du sentier pour expliquer les raisons de cette fermeture.

L’ours n’avait pas encore été repéré mardi après-midi, et des agents devaient être déposés sur place par hélicoptère afin de continuer les recherches au bord du lac Mantario.

Redoubler de vigilance

« Il est inhabituel qu’un ours, qui n'est pas accompagné d’oursons, se montre agressif sans avoir été provoqué », confirme le porte-parole de Conservation Manitoba.

Le sentier reliant les lacs Cady et Mantario demeure ouvert aux randonneurs, mais ces derniers sont invités à redoubler de vigilance.

De son côté, Ryan Potter, qui envisage déjà de repartir en randonnée le mois prochain, incite tous les marcheurs à se munir d’un répulsif.

« Si on n’en a pas, on court un risque », conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !