•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Churchill : l'entente annoncée avec OmniTRAX déraille

Une route de chemin de fer endommagée.

Une photographie aérienne montre l'ampleur des dégâts qu'OmniTRAX doit réparer afin de restaurer la route de chemin de fer vers Churchill, au Manitoba.

Photo : OmniTrax

Radio-Canada

Un accord sur la vente de la voie ferrée qui relie Churchill à Le Pas, au Manitoba, n'est plus envisageable, selon OmniTRAX, la société américaine qui en est propriétaire.

Une entente de principe entre OmniTRAX et un consortium avait été annoncée à la fin mai. Le consortium était composé de membres des Premières Nations, de communautés du nord du Manitoba et des sociétés privées Fairfax Financial Holdings et AGT Food and Ingredients.

« Au cours des derniers mois, nous avons travaillé avec le consortium pour finaliser la vente du chemin de fer. Malgré nos efforts pour trouver un terrain d’entente concernant certains enjeux clés, il semble que nous avons échoué et que la vente du chemin de fer à ce groupe n’est pas possible », affirme OmniTRAX dans un communiqué de presse.

« Cet aboutissement est inattendu et très regrettable. Nous offrons nos excuses à ceux qui dépendent de la voie ferrée », indique OmniTRAX.

En mai 2017, d’importantes inondations ont abîmé la voie ferrée qui est devenue inutilisable. Ce chemin de fer est la seule voie terrestre qui relie la localité de Churchill, dans le nord du Manitoba, au reste du pays. Churchill a depuis cet événement du mal à être approvisionnée, et OmniTRAX refuse d’assumer le coût des travaux de réparation.

Dans son communiqué, OmniTRAX n'indique pas ce qui motive l’échec des négociations avec le consortium. L’entreprise affirme cependant vouloir vendre le chemin de fer dans les plus brefs délais.

« Nous voulons que ce soit clair, cette situation pourrait compromettre la réouverture du chemin de fer [avant l’hiver] », écrit-elle, ajoutant ne pas être en mesure de « financer la totalité des réparations à la voie ferrée dans l’absence d’une entente sur sa vente ».

L'entreprise remercie Fairfax et le Grand Chef Arlen Dumas de l’Assemblée des chefs du Manitoba pour leur bonne foi au cours des négociations.

OmniTRAX a refusé une demande d’entrevue.

Depuis un an, les 900 résidents de Churchill comptent uniquement sur le transport aérien, plus coûteux, pour recevoir des marchandises, notamment les produits d'épicerie. Cette situation a entraîné une flambée des prix, alors que les revenus du tourisme sont en baisse.

L'automne dernier, le gouvernement fédéral a déposé une poursuite contre OmniTRAX pour forcer l’entreprise à réparer la voie ferrée.

En juin, l’Office des transports du Canada a jugé qu'OmniTRAX aurait dû réparer le chemin de fer au plus tard en novembre 2017. L’organisme de réglementation fédéral a ordonné à OmniTRAX de commencer les travaux avant le 3 juin. OmniTRAX devait aussi déposer des rapports mensuels sur l’avancement du projet.

OmniTRAX a annoncé son intention de faire appel de cette décision.

Avec des informations de CBC

Manitoba

Économie