•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première messe après l'incendie de l'église de Bas-Caraquet

L'église de Bas-Caraquet a été complètement démolie par les flammes.
L'église de Bas-Caraquet a été complètement démolie par les flammes. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les paroissiens de Bas-Caraquet se sont réunis dimanche à l'occasion de la première messe dominicale depuis que leur église a été détruite par un incendie.

La cafétéria de l'école L'Escale des jeunes de Bas-Caraquet sert habituellement à nourrir les enfants, mais dimanche matin elle a plutôt servi à nourrir la foi des paroissiens.

Perdre une église, c’est perdre le pilier d’une paroisse. Il n’y a rien de plus gros qu’une église dans une paroisse, explique Mirila Boucher coprésidente du conseil de gestion de la paroisse.

Les paroissiens de Saint-Paul de Bas-Caraquet ont pris part à leur première messe depuis que l'église a brûlé.Les paroissiens de Saint-Paul de Bas-Caraquet ont pris part à leur première messe depuis que l'église a brûlé. Photo : Radio-Canada

La célébration religieuse s'est déroulée devant une foule imposante, mais sans la présence de caméras, à la demande du curé, Edmond Thériault.

Il voulait ainsi permettre à ses paroissiens de vivre en privé ce moment de recueillement.

Le chant Tous ensemble a conclu la cérémonie.

Père Edmond Thériault, curé de l’église de Bas-Caraquet.Père Edmond Thériault, curé de l’église de Bas-Caraquet. Photo : Radio-Canada

Ce n’est pas la première épreuve qu’on vit. On a eu des incendies, des drames, toutes sortes de choses et on s’est toujours relevé ensemble. C’est pour ça que le chant Tous ensemble, c’était important pour nous.

Edmond Thériault, curé de la paroisse de Saint-Paul de Bas-Caraquet

Les gens ne se parlaient pas parce qu’ils étaient dans leur peine. Aujourd’hui au moins, les gens peuvent partager leur émotion, a déclaré Sylvie Chiasson, une paroissienne, après la cérémonie.

On s’est réuni dans un petit local et il y a eu beaucoup de chaleur qui s’est développée entre les paroissiens. Il y a eu beaucoup d’affection, a ajouté un autre paroissien., Jacques Morais.

Il y a eu beaucoup de chaleur, vous savez. Le feu dans l’église c’était chaud, mais ce matin, ici, c’est encore plus chaud. Une solidarité humaine qui était extraordinaire, a noté le curé.

L'école L'Escale des jeunes servira de lieu du culte pour un certain temps encore.

L'annonce de la construction d'une nouvelle église faite par l'évêque de Bathurst la semaine dernière a réjoui le conseil de la paroisse.

On est certain qu'il va y avoir autre chose, soit qu'on va reconstruire à neuf ou soit qu'on va partir avec ce qu'on a présentement, ajoute Mirila Boucher.

L'avis d'experts en structures sera nécessaire avant de savoir si cette dernière option est envisageable.

Avec les informations de Serge Bouchard

Nouveau-Brunswick

Croyances et religions