•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestations à Montréal : la droite identitaire et des groupes antiracistes dans la rue

Le reportage de Michel Marsolais
Radio-Canada

Près de 300 membres des groupes La Meute et Storm Alliance ont manifesté dimanche après-midi au centre-ville de Montréal contre « l'immigration illégale ». Au même moment, environ 200 militants de gauche ont dénoncé cette prise de position.

Les sympathisants de La Meute et Storm Alliance se sont rassemblés, peu avant 13 h, devant les bureaux de Citoyenneté et Immigration Canada, à l'angle des rues Saint-Antoine et Peel.

Ils sont ensuite sortis de l'édifice du 1000 De La Gauchetière avant d'occuper la rue Saint-Antoine, en criant notamment « Vive La Meute » et « On est Storm », tout en imitant des hurlements de loup.

Vers 13 h 30, environ 200 contre-manifestants sont arrivés, en se tenant aux deux extrémités de la manifestation organisée par la droite identitaire. Parmi les groupes présents, on remarquait des antifascistes qui désiraient dénoncer le message de La Meute qu’ils qualifient de « haineux ».

Ils sont cependant restés à l'écart, alors qu'une importante surveillance policière était sur place pour ériger des périmètres de sécurité et empêcher que les deux manifestations en viennent à s'affronter directement.

Un troisième groupe, connu sous le nom d'Independance Day, s’est joint à la manifestation. Ses membres ont brandi des drapeaux du Québec à la place du Canada devant les bureaux d’immigration pour dénoncer « l’immigration illégale » que représentent les demandeurs d’asile qui franchissent la frontière de façon irrégulière.

Peu après 14 h, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) indiquait que la manifestation se déroulait bien, qu’elle maîtrisait la situation : pas de casse ni de débordements. Le SPVM n’a pas voulu préciser le nombre d’agents sur place pour surveiller l’événement.

Plus tard dans la journée, un manifestant masqué a toutefois fracassé des vitres d'un autobus de La Meute.

Des membres du groupe Independance Day ont brandi des drapeaux du Québec à la Place du Canada devant les bureaux d’immigration pour dénoncer « l’immigration illégale » au Canada. Des membres du groupe Independance Day ont brandi des drapeaux du Québec à la Place du Canada devant les bureaux d’immigration pour dénoncer « l’immigration illégale » au Canada. Photo : Radio-Canada / Alexis Gacon

La Meute favorable à « l'immigration planifiée »

Les mouvements de droite identitaire comptaient faire, dimanche, la promotion de « l'immigration planifiée et légitime ». Ils contestent « l'immigration illégale », selon la page Facebook de La Meute qui souhaite que cette manifestation soit « la meilleure manif de [son] histoire ».

« Nous marcherons pour dénoncer les politiques laxistes du gouvernement Trudeau face à l'immigration illégale », avait précisé Sylvain Brouillette, porte-parole de La Meute, quelques heures avant le lancement du rassemblement.

Sylvain Brouillette, porte-parole de La Meute.Sylvain Brouillette, porte-parole de La Meute Photo : Radio-Canada

Rencontré sur place, il avait ce message à adresser : « On fait une manifestation pour dénoncer les politiques irresponsables du gouvernement Trudeau [par] rapport à l’immigration illégale qu’on voit aux douanes de Lacolle présentement. Cela fait presque deux ans que ça dure. Les gens traversent [la frontière] sans avoir le droit. Ils le font de façon illégale. Nous, on considère que selon les conventions qu’on a signées […] - les conventions sur le statut de réfugié [...] datent de 1954 [et] le Canada a signé en 1969 -, les gens qui entrent illégalement ne peuvent pas être considérés au sens de la loi comme des réfugiés ».

« La religion, tu veux la faire, fais-la chez toi. Pas dans les rues. On ne veut pas cela. Pas à la ronde, pas avec des micros. Fais-la chez toi », a déclaré un manifestant de la droite identitaire.

Le groupe a souligné que « les messages haineux et racistes sont interdits » durant cette marche annoncée comme « silencieuse ».

La Meute n’avait pas souhaité divulguer publiquement le trajet de cette manifestation « pour des raisons de sécurité ».

Contre-manifestation « antiraciste »

Dans le même temps, des groupes de gauche avaient organisé une contre-manifestation place Valois, dans le quartier Hochelaga.

Une cinquantaine de militants se sont réunis dès 12 h, avant que de nombreuses personnes ne se rendent au centre-ville de la métropole.

Parmi les groupes présents, des antifascistes désiraient dénoncer le message de La Meute, qu’ils qualifient de « haineux ».

Romina Hernandez, membre de Solidarité sans frontières.La militante Romina Hernandez, membre de Solidarité sans frontières Photo : Radio-Canada

Romina Hernandez, membre de Solidarité sans frontières, a expliqué pourquoi elle participait à cette manifestation. « Nous, je pense qu’on n’est pas intolérants. En fait, ce qu’on dit, c’est qu’on soulève la question qu’il y a du racisme, du racisme systémique évidemment. Mais aussi avec les regroupements comme La Meute, c’est un racisme qui est direct et concret. »

« Nos ancêtres ont combattu les gens qui avaient des idées fascistes, racistes et je dirais même nationalistes. Je pense qu’aujourd’hui c’est notre devoir d’arrêter les gens qui vont avoir un discours [haineux] », a affirmé un manifestant protolérance et inclusion.

« Complexe » à gérer pour le SPVM

Des manifestants.Des membres des groupes La Meute et Storm Alliance se réunissent dans le centre-ville de Montréal. Photo : Radio-Canada / Jacaudrey Charbonneau

Plus tôt dans la semaine, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui avait rencontré les organisateurs de ces groupes, assurait que cette journée allait être « excessivement complexe à gérer », puisque « deux manifestations séparées veulent entrer en collision ou en contact ».

Interrogé à ce sujet mardi, au cours d’une réunion publique avec des élus montréalais et des citoyens invités à prendre la parole, le SPVM a évoqué « un défi de taille lorsque des gens d’idéologie de la droite se présentent et [que] des gens d’une autre idéologie [...] sont là pour contre-manifester ».

« C’est très sensible », a soutenu l’inspecteur Pascal Richard.

Le commandant Daniel Gervais a quant à lui affirmé savoir « qu’il va y avoir des conflits ».

On se "challenge" pour voir comment réussir à permettre aux deux groupes de manifester, car les deux groupes ont effectivement le droit de manifester. Nous sommes là pour éviter les affrontements. On n’a pas le choix de déployer des lignes de policiers pour y arriver. On n’a pas de parti [pris] pour personne.

Pascal Richard, inspecteur au SPVM
Des manifestants avec une banderole.Des militants de gauche se sont réunis place Valois, dans Hochelaga, samedi vers 12 h. Photo : Radio-Canada / Alexis Gacon

La Ville de Montréal « très préoccupée »

Du côté de la Ville de Montréal, le conseiller Alex Norris, qui est aussi président de la Commission de la sécurité publique, indiquait mardi que « même l’extrême droite a le droit de s’exprimer, pourvu que ça ne sombre pas dans la promotion de la haine et des crimes haineux ».

Au cours de cette même réunion publique, la responsable de la sécurité au sein de l'administration de Valérie Plante, Nathalie Goulet, s'est quant à elle dite « très préoccupée par les manifestations d'extrême droite qu'on voit arriver à Montréal ».

« Mettre dos à dos l'idéologie raciste, homophobe, sexiste des groupes d'extrême droite et les antifascistes, ce n'est pas une solution. Ce n'est pas du tout la même chose », a-t-elle déclaré.

« Vouloir protéger les deux groupes, pour moi, ce n'est pas une stratégie de contrôle de foule qui est possible à terme », a-t-elle ajouté.

Ces déclarations ont été jugées « irresponsables » par La Meute. « On veut juste exercer notre liberté d'expression dans le respect des droits », a assuré le porte-parole de La Meute, Sylvain Brouillette, spécifiant que son groupe a son propre service de sécurité pour cette manifestation.

Une caravane de bienvenue

Des militants soutenant les demandeurs d'asile seront à la tête d'une caravane, dimanche, à la frontière canadienne à Saint-Bernard-de-Lacolle. Celle-ci sera présente durant trois jours, dans le but d'indiquer aux migrants qu'ils sont les bienvenus au Canada. Les militants de la caravane comptent également sensibiliser les citoyens des municipalités des alentours à la réalité de ces personnes à la recherche d'une terre d'accueil.

Avec les informations d'Alexis Gacon et Jacaudrey Charbonneau

Avec les informations de La Presse canadienne

Société