•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Authier : l'annonce de la ministre Isabelle Melançon accueillie avec satisfaction

Le projet Authier de Sayona Mining.
Le projet Authier de Sayona Mining Photo: Radio-Canada / Mélanie Picard
Radio-Canada

Des groupes environnementaux de l'Abitibi-Témiscamingue se réjouissent de la décision de la ministre de l'Environnement qui veut recommander au gouvernement de soumettre le projet Authier de la minière Sayona Québec à la Procédure d'évaluation et d'examen des impacts sur l'environnement, incluant une analyse par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

La ministre Isabelle Melançon en a fait l'annonce vendredi après-midi.

Pour le président de la Société des eaux souterraines de l'Abitibi-Témiscamingue (SESAT), Serge Bastien, la ministre partage les préoccupations des citoyens.

Il croit que l'analyse d'un BAPE donnerait un portrait plus clair des impacts environnementaux du projet Authier.

On ne demande pas un BAPE parce qu'on est contre le projet, c'est strictement pour s'assurer que toutes les conditions que le promoteur met en place pour la protection de l'esker, dit-il. Pour s'assurer que les conditions de développement durable au niveau des impacts sociaux et économiques soient prises en compte.

Le président de l'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue, Henri JacobLe président de l'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue, Henri Jacob Photo : Radio-Canada / Sandra Ataman

Le porte-parole de l'Action Boréal, Henri Jacob, se réjouit aussi de l'annonce.

Maintenant il veut avoir un engagement écrit du gouvernement sur son intention d'imposer un BAPE.

Malheureusement pour la minière, elle a démontré une mauvaise volonté pendant le processus de ses audiences à La Motte et Amos, dit-il. Alors naturellement, la suspicion a été créée par cette mauvaise décision de la compagnie. Nous on croyait sincèrement qu'on avait besoin d'un BAPE dans ce cas là, parce qu'il n'y avait pas d'acceptabilité sociale qui était évidente.

Guy Bourgeois, député d'Abitibi-EstGuy Bourgeois, député d'Abitibi-Est Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Le député d'Abitibi-Est Guy Bourgeois appuie la décision de sa collègue.

Selon lui, le processus viendrait rassurer la population.

Je suis tout à fait à l'aise et même que j'appuie cette démarche-là dans le sens où si on ne trouve pas d'acceptabilité sociale dans ce projet-là. Évidement il faut y aller avec une mesure plus encadrante et rassurante pour la population, fait-il savoir.

Sayona Québec a refusé d’accorder une entrevue à ce sujet.

Abitibi–Témiscamingue

Environnement