•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les plongeurs s’approchent des enfants piégés dans une grotte en Thaïlande

Des sauveteurs.

Les sauveteurs ont lancé de la nourriture et des téléphones aux enfants bloqués dans cette grotte.

Photo : The Associated Press / Sakchai Lalit

Agence France-Presse

À la faveur d'une baisse des eaux, les sauveteurs mobilisés depuis sept jours pour sauver 12 enfants et leur entraîneur de soccer piégés dans une grotte inondée en Thaïlande ont enfin réussi samedi à s'approcher de la zone où ils sont censés s'être réfugiés.

Les plongeurs « sont à deux, trois kilomètres » de l'endroit où sont censés être les enfants. « Nous étions arrivés jusque-là une fois mardi, mais le courant était trop fort », a relaté le gouverneur de Chiang Rai, Narongsak Osottanakorn.

« La situation est meilleure aujourd'hui qu'hier et les jours précédents. L'eau a considérablement baissé », grâce aux pompes installées et à l'arrêt de la pluie, s'est-il réjoui.

Mais, si les secouristes se refusent pour l'heure à évoquer une issue autre qu'heureuse, aucun contact n'a encore pu être établi avec les jeunes footballeurs entrés samedi soir, après leur entraînement, dans la grotte de Tham Luang, située près des frontières de la Birmanie et du Laos.

Des boîtes contenant de la nourriture et des téléphones portables ont été lancées la veille depuis un puits à la verticale de la grotte, non loin de l'endroit où les sauveteurs espèrent que les enfants se trouvent.

Ils ont aussi répété samedi un exercice d'évacuation afin d'être prêts une fois le contact établi, tandis que des moines bouddhistes priaient en faveur d'un dénouement heureux.

Des sauveteurs avec un brancard.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les sauveteurs ont simulé un exercice d'évacuation.

Photo : Reuters / Soe Zeya Tun

« Il s'agit de mettre en place un protocole sur ce qu'on doit faire avant de les emmener à l'hôpital », a expliqué le gouverneur de Chiang Rai. Après une semaine dans l'obscurité de la grotte, les victimes souffriront de troubles oculaires et pulmonaires, et leur évacuation doit être menée avec précaution.

« C'est un test, ne paniquez pas. Si nous sortons les garçons de là, nous saurons comment les envoyer à l'hôpital en hélicoptère », a-t-il ajouté, en précisant que plusieurs hôpitaux de la région participaient à l'exercice à la faveur d'un temps plus clément après des pluies diluviennes.

Mais cette grotte est l'une des plus grandes de Thaïlande, avec un réseau de plus de dix kilomètres, ce qui en fait un lieu apprécié des spéléologues aguerris.

Plusieurs centaines de secouristes restaient mobilisés samedi, dont des soldats américains et des plongeurs britanniques. Ceux-ci luttaient depuis des jours avec une eau boueuse, une visibilité nulle, éléments qui limitaient grandement leur progression par l'entrée principale, inondée.

Parallèlement à l'envoi des plongeurs par l'entrée principale, l'espoir réside dans le puits à la verticale de la grotte : des rangers débroussaillaient samedi les alentours, pour permettre aux hélicoptères d'atterrir et d'évacuer les enfants par là.

Avec des trombes d'eau tombées toute la semaine sur la province de Chiang Rai, l'eau n'a cessé de monter dans la cavité, où les enfants âgés de 11 à 16 ans et leur entraîneur de 25 ans sont pris au piège depuis samedi.

Des personnes prient.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De nombreuses personnes sont venues prier devant cette grotte.

Photo : The Associated Press / Sakchai Lalit

Si les enfants arrivent à boire de l'eau dans la grotte inondée, ils peuvent tenir plusieurs semaines sans nourriture, souligne Anmar Mirza, expert américain des opérations de sauvetage souterrain.

Des garçons athlétiques et en bonne santé peuvent « facilement tenir un mois », dit-il.

Mais « le principal problème est d'ordre psychologique, parce qu'ils ne savent pas quand les secours vont les retrouver », ajoute-t-il.

En 2014 en Allemagne, un homme a pu être secouru dans une grotte après 11 jours d'attente. En 2012, au Pérou, des mineurs avaient pu être sauvés après 7 jours sous terre. En 2010, au Chili, des mineurs avaient tenu 17 jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International