•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secteur automobile américain, dont GM, s'oppose aux tarifs douaniers

L'édifice de GM, à Détroit, et l'hôtel Park Ave

Édifices du centre-ville de Détroit

Photo : Radio-Canada / Maxime Beauchemin

Associated Press

Les constructeurs automobiles et les collectionneurs de voitures américains font entendre leur opposition au plan de Donald Trump d'imposer des tarifs douaniers sur les importations de véhicules, de camions et de pièces.

Dans un document déposé vendredi auprès du département américain du Commerce, General Motors avance que la menace de tarifs sur les autos « risque de miner la compétitivité de GM face à des constructeurs automobiles étrangers » en faisant grimper le coût des pièces et en suscitant de possibles représailles.

L'Association nationale des constructeurs a pour sa part fait valoir que d'éventuels tarifs désavantageraient le secteur manufacturier américain sur la scène internationale, « minant la croissance économique et la création d'emplois aux États-Unis ».

Mise en garde de Toyota

De son côté, Toyota Motor North America a mis en garde contre une augmentation des coûts des véhicules importés, de même que des véhicules construits aux États-Unis à partir de pièces importées, à l'instar de son modèle Camry.

Vendredi était la date butoir pour les commentaires du public dans le cadre de l'enquête du département du Commerce demandée par M. Trump sur la possible menace que constitueraient les importations du secteur automobile.

Le président a déjà évoqué des soucis de sécurité nationale pour imposer des tarifs sur les importations d'acier et d'aluminium, ouvrant la porte à des mesures de rétorsion de l'Union européenne, du Mexique, du Canada, de la Turquie et de l'Inde.

Exemption réclamée par les collectionneurs

Guy Mace, de Springfield, au Missouri, est l'un des nombreux collectionneurs de véhicules à avoir pris part à la consultation afin de réclamer une exemption pour les automobiles usagées et leurs pièces.

« Les véhicules d'époque et de collection n'ont rien à voir avec la sécurité nationale, a-t-il écrit. Une vaste industrie est engagée dans la collection de voitures classiques et d'époque, et des milliers d'amateurs, de maisons d'enchères, de magasins de restauration et de réparations vivent littéralement de cette industrie. »

Plus tôt cette semaine, Flavio Volpe, de l'Association des fabricants de pièces d'automobile du Canada, a signalé qu'un tarif douanier de 25 % sur les véhicules et les pièces automobiles importés du Canada représenterait un « Carmageddon ».

Accords commerciaux

International