•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les futurs magasins de cannabis québécois embauchent

De la marijuana dans un bocal en verre proposée par un vendeur dans un comptoir de vente de cannabis.
La future Société québécoise du cannabis ouvrira 20 succursales d'ici la mi-octobre. Photo: La Presse canadienne / Darryl Dick
La Presse canadienne

La Société québécoise du cannabis (SQDC) lance une campagne d'embauche avec des emplois dont le salaire de départ est de 14 $ l'heure, mais elle ne peut pas encore confirmer que Montréal sera parmi les premières villes de la province à obtenir des magasins de marijuana.

Les candidats sans casier judiciaire sont invités à poser leur candidature sur le site web de la société, qui est une filiale indépendante de la Société des alcools du Québec (SAQ).

Québec envisage d'ouvrir environ 20 magasins d'ici la mi-octobre, lorsque la loi fédérale légalisant le cannabis entrera en vigueur.

La SQDC a signé des baux pour des magasins à Lévis, à Trois-Rivières, à Drummondville et à Québec, a-t-on annoncé jeudi.

La loi québécoise sur le cannabis stipule que les magasins de cannabis devront se trouver :

  • à une certaine distance des écoles et des garderies;
  • dans les quartiers plus denses de Montréal.

Trouver le bon endroit s'est révélé plus difficile que dans d'autres villes, a expliqué le porte-parole de la SQDC, Mathieu Gaudreault.

Pour le moment, nous ne pouvons pas confirmer que Montréal sera dans la première vague de magasins. Nous voulons ouvrir des magasins rapidement et nous mettons tout en oeuvre pour en ouvrir un peu partout au Québec, y compris à Montréal.

Mathieu Gaudreault, porte-parole de la SQDC

Il a ajouté que les Québécois de partout dans la province pourront commander de la marijuana en ligne grâce à la plateforme de la SQDC le premier jour où le cannabis deviendra légal, le 17 octobre.

Les quelque 20 magasins prévus en octobre seront ouverts 12 heures par jour, de 10 h à 22 h, 7 jours par semaine.

« L'objectif de ces magasins est de rapatrier les gens du marché illégal au marché légal, a expliqué M. Gaudreault. Cela signifie que le produit doit être accessible. »

Les salaires pour les vendeurs commenceront à 14 $ l'heure, et ceux-ci seront admissibles à des avantages sociaux incluant un régime de retraite, un régime d'invalidité, un régime d'assurance médicaments et de soins de santé ainsi qu'une assurance vie.

En comparaison, le salaire de départ des employés syndiqués dans les succursales de la SAQ est de 19,33 $ l'heure.

Les employés potentiels seront tenus de réussir un examen après leur formation avant d'être embauchés.

M. Gaudreault a précisé que la Société québécoise du cannabis offrirait des salaires concurrentiels pour les postes de directeur et de directeur adjoint, mais n'a pas pu donner de détails.

Emploi

Économie