•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Premières Nations de l’Ontario « déçues » par le Cabinet de Doug Ford

Selon Alvin Fiddler, le Coroner en chef confirme que la description du corps repêché correspond à celle de Josiah Begg, disparu le 6 mai.

Alvin Fiddler compte défendre les intérêts de la Nation Nishnawbe Aski auprès du gouvernement Ford.

Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

Radio-Canada

Le Cabinet du nouveau gouvernement progressiste-conservateur de l'Ontario n'inclut pas de ministre affecté uniquement aux affaires autochtones. Les Premières Nations et Métis de l'Ontario se disent déçus par cette décision.

Le député de Kenora-Rainy River, Greg Rickford, assumera les rôles de ministre de l’Énergie, du Développement du Nord et des Mines, et de ministre des Affaires autochtones.

Dans un communiqué, le grand chef de la Nation Nishnawbe Aski (NAN), Alvin Fiddler, qualifie cette décision de « pas en arrière » pour les relations avec les Autochtones.

Il est difficile de voir comment l’on peut progresser lorsque nos intérêts sont réduits à l’importance que le gouvernement accorde à accéder aux ressources dans nos territoires.

Alvin Fiddler, grand chef de la Nation Nishnawbe Aski

Le ministère des Affaires autochtones de l’Ontario a été formé en 2008. Le gouvernement libéral de Kathleen Wynne l’avait renommé « ministère des Relations autochtones et de la Réconciliation » à la suite de la Commission de vérité et réconciliation.

Le mot « réconciliation » disparaît du portefeuille de M. Rickford, notamment.

Le conseil tribal Wabun représente six Premières Nations du nord-est de la province. Son directeur général, Jason Batise, se dit préoccupé par ce changement d’appellation.

C’est préoccupant que ça ne soit plus là, car c’était très présent dans le langage et les discussions avec le gouvernement libéral au cours des huit dernières années.

Jason Batise, directeur général du conseil tribal Wabun

Il dit cependant ne pas vouloir entamer les relations avec le nouveau gouvernement de manière négative. Les Premières Nations du conseil tribal Wabun sont prêtes à discuter, dit-il.

Assis, le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Doug Ford lors de son assermentation, le 29 juin 2018, comme premier ministre de l'Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Même son de cloche du côté de Scott McLeod, chef de la Première Nation de Nipissing. Il se dit déçu par la composition du nouveau Cabinet et soutient que sa communauté est préoccupée par rapport à l’importance qu’accorde le gouvernement Ford aux Premières Nations.

Il croit cependant qu’il lui faudra parler au nouveau gouvernement avant de le condamner.

Je ne veux pas appuyer sur le bouton de panique tout de suite. Je crois qu’il faut d’abord rencontrer les leaders provinciaux pour voir où ils en sont dans leurs réflexions.

La vice-présidente de la Nation métisse de l’Ontario, France Picotte, demeure elle aussi optimiste.

J'ai déjà travaillé sous un régime comme ça. Ça peut fonctionner, il ne faut pas dire que ça ne fonctionne pas avant de l'essayer.

France Picotte, vice-présidente de la Nation métisse de l’Ontario

Le nouveau Cabinet de M. Ford comprend 20 ministres, soit 13 hommes et 7 femmes.

Politique autochtone

Politique