•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une équipe de hockey victime de racisme reçoit des appuis d'un peu partout au Canada

L’équipe de hockey Élites bantam AAA des Premières Nations est composée de joueurs de 13 et 14 ans originaires de plusieurs communautés autochtones du Québec, de l'Ontario et de la Nouvelle-Écosse.

L’équipe de hockey Élites bantam AAA des Premières Nations est composée de joueurs de 13 et 14 ans originaires de plusieurs communautés autochtones du Québec, de l'Ontario et de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada

CBC
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une équipe de hockey des Premières Nations est soutenue de toute part par des communautés autochtones à travers le pays depuis qu'elle a été victime de racisme, lors d'un tournoi à Québec à la fin du mois de mai.

« Nous sommes reconnaissants au fait que tout le monde prend [cette affaire] sérieusement », a confié en entrevue à CBC l’entraîneur-chef de l’équipe, Tommy H. J. Neeposh.

Lors d’un tournoi en mai, l’équipe de hockey Élites bantam AAA des Premières Nations a été la cible de moqueries à caractère raciste par des spectateurs et d’autres joueurs. Selon Tommy H. J. Neeposh, l'équipe aurait aussi été injustement traitée par les arbitres. Les joueurs, qui sont âgés de 13 et 14 ans, sont issus des communautés crie, innue, micmaque, algonquine et attikamek.

Jeudi, une entreprise locale a offert à l’équipe de s’entraîner gratuitement au centre Meredith à Chelsea, un aréna près de Gatineau.

Depuis l’incident, le joueur de la LNH, Ted Nolan, a fait parvenir plusieurs lettres d’encouragement aux joueurs d’élite. Des élèves provenant d’écoles d’Ottawa et de Gatineau ont aussi envoyé plusieurs cartes et messages en guise de soutien.

Dans les gradins d'un aréna, une jeune fille porte une pancarte sur laquelle est inscrit un slogan d'encouragement. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jeudi, des spectateurs ont encouragé l'équipe de hockey Élites bantam AAA des Premières Nations lors d'une séance d'entraînement au Centre Meredith à Chelsea, près de Gatineau (Photo: Tammy Scott).

Photo : Tammy Scott

Un incident récurrent

« Ce n’est pas unique, a déploré Rhonda Oblin Cooper, la mère de l’un des joueurs, lors d’une entrevue à CBC. Ce n’est pas un cas isolé propre à une ville ou à une province. » Cette dernière a suivi de près les réactions qu’a suscitées l’incident. Elle a par ailleurs recueilli le témoignage de parents autochtones à travers le pays qui avaient aussi vécu une situation similaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !