•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le camp « Justice pour nos enfants volés » s’attend à des fêtes paisibles

Sept tipis dansun parc, la coupole du palais législatif de Regina est en arrière plan.
Le camp de protestation prévoir un «pow-wow illégal» ainsi qu'une fête nationale du Canada paisibles. Photo: Radio-Canada / Kevin O'Connor
Radio-Canada

Le camp militant autochtone, qui siège depuis plus de 120 jours devant le palais législatif de Regina, prévoit un « pow-wow illégal » samedi, suivi de la célébration sur place de la fête du Canada. Les militants rencontrés n'ont pas d'inquiétudes concernant la venue d'éventuels trouble-fêtes.

C’est avec sérénité que se préparent les deux jours de fête à venir sur ce campement déclaré illégal par le gouvernement provincial.

Les militants, revenus en force après leur expulsion le lundi 18 juin, organisent un « pow-wow illégal » samedi, juste avant la fête du Canada. Selon eux, ce rassemblement ouvert à tous devrait se passer dans le calme et la bonne humeur.

Il y a beaucoup d’enfants, de personnes âgées, d'Aînés, … nous avons beaucoup de bons esprits ici.

Tory Macgregor, militant du camp Justice pour nos enfants volés

Il en va de même pour la fête nationale du Canada, qui a été déplacée au nord du lac Wascana, car le camp de protestation occupe le terrain habituellement dédié aux festivités. Les forces de l’ordre ont prévu un dispositif adapté pour « assurer une fête du Canada en sécurité, paisible, pour tous les usagers du parc ».

Les militants, quant à eux, affirment être en mesure de gérer les éventuels débordements, d’autant plus que la consommation d’alcool est interdite sur le lieu.

Nous n’avons pas initié de sécurité, ça, c’est une discussion nouvelle pour moi. Il y a beaucoup de paix ici. Les gens sont polis, gentils, les esprits sont hauts ici.

Tory Macgregor, militant du camp Justice pour nos enfants volés

Une militante affirme également que, de nombreuses personnes du camp ayant vécu des situations personnelles difficiles, elles savent comment calmer les personnes agressives, sous l’emprise de drogues ou d’alcool.

Du thé pour Trudeau

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, sera de passage à Regina dimanche dans le cadre de la fête nationale. Bien qu’il n’ait pas officiellement été invité à venir au camp, les militants affirment que Justin Trudeau serait accueilli avec bienveillance, « comme c’est le cas pour tous les visiteurs ».

[On lui offrirait] une tasse de thé, de s'asseoir autour du feu sacré avec nous, et de discuter des enfants autochtones.

Tory Macgregor, militant du camp Justice pour nos enfants volés

La visite du premier ministre du Canada serait l’occasion pour les manifestants d’évoquer leurs revendications qui dénoncent une violence raciale du système judiciaire ainsi que des services sociaux inadaptés à la réalité du contexte autochtone en Saskatchewan.

Saskatchewan

Autochtones