•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Porter la bispiritualité autochtone au grand écran

Deux hommes ont les yeux fermés et se tiennent enlacés l'un contre l'autre.

Le film « North Mountain », du réalisateur Bretten Hannam, met en vedette une distribution majoritairement autochtone (Northern Banner Releasing).

Photo : Northern Banner Releasing

CBC

Après trois ans à fouler les festivals torontois, le long métrage North Mountain, réalisé par le cinéaste autochtone Bretten Hannam, est maintenant accessible au grand public. Le film met scène une histoire d'amour bispirituelle entre deux hommes autochtones.

Le réalisateur aux origines micmaques, ojibwées et écossaises espère que son œuvre permettra d'ouvrir un dialogue sur la bispiritualité. « Je pense qu’il est important, en particulier pour les jeunes, de voir qu’ils ne sont pas seuls », a-t-il mentionné lors d’une entrevue à CBC.

Tourné en Nouvelle-Écosse, North Mountain met en scène une histoire d’amour intergénérationnelle entre deux hommes micmacs, Wolf (Justin Rain) et Crane (Glen Gould).

 Nous vivons à une époque où les personnes bispirituelles vont de l’avant et s'intègrent dans les communautés. Il s'agit de montrer que les histoires existent, qu'il y a d'autres façons de voir le monde et que les gens existent en dehors de ces systèmes binaires. 

Bretten Hannam, réalisateur

Selon Bretten Hannam, le colonialisme et la religion ont grandement influencé l’identité de genre et l’orientation sexuelle des communautés autochtones.

Depuis 2015, North Moutain a été projeté dans différents festivals LGBT au pays, dont le Vancouver Queer Film Festival.

Bispirualité

La bispiritualité – ou « two-spirited » en anglais – est un terme issu d’un concept anichinabé appelé « niizh manidoowag ». Il fait référence aux personnes possédant un esprit à la fois masculin et féminin. L’appellation est employée par certaines personnes autochtones pour désigner leur identité sexuelle, spirituelle et de genre. Le militant canadien Albert McLeod a popularisé le terme il y a plus de 25 ans pour désigner la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle, transgenre et allosexuelle (LGBTQ) autochtone.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Société