•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade dans un terrain de jeux : mandat d'arrêt pancanadien lancé contre deux suspects

Photo en mosaïque de deux hommes noirs.

Les deux suspects recherchés : Tarrick Rhoden (à g.) et T’Quan Robertson.

Photo : Police de Toronto

Radio-Canada

La police de Toronto a lancé un mandat d'arrêt pancanadien alors qu'elle recherche toujours deux suspects à la suite d'une fusillade survenue dans un parc plus tôt ce mois-ci, lors de laquelle deux fillettes ont été blessées.

Tarrick Rhoden et T’Quan Robertson, qui ont tous deux 23 ans, font face notamment à un chef d'accusation de tentative de meurtre et à deux chefs d'accusation de voies de fait graves.

La police croit qu'ils se trouvent encore dans la région de Toronto et que des amis les aident à se cacher.

Lors d'un point de presse vendredi, le sergent-détective Jim Gotell de la police de Toronto a invité les suspects à se rendre aux autorités et a rappelé que toute personne leur offrant une assistance pourrait être arrêtée et accusée.

Un premier suspect, Sheldon Eriya, 21 ans, a été arrêté il y a deux semaines.

Portrait de Sheldon Eriya.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le suspect, Sheldon Eriya, âgé de 21 ans a été arrêté à Pickering.

Photo : Police de Toronto

Deux soeurs de 5 et 9 ans ont été gravement blessées par balles lorsque de multiples coups de feu ont été tirés en plein après-midi, le 14 juin, dans un terrain de jeux où elles s'amusaient en compagnie d'au moins neuf autres enfants, dans l'est de Toronto.

Jim Gotell a précisé que deux hommes armés sont sortis d'un véhicule loué et ont visé un autre homme qui se trouvait aussi dans le parc avec son jeune enfant.

Selon Jim Gotell, la fillette de 9 ans a été touchée à la jambe et celle de 5 ans à l'abdomen. Elles ont subi plusieurs opérations et ont pu rentrer chez elles, où elles se remettent.

Jim Gotell a affirmé que les autres enfants qui étaient présents ce jour-là sont aussi des victimes, qu'ils font des cauchemars et refusent de retourner dans le terrain de jeux.

Il a ajouté que s'il y avait d'autres enfants à ce moment-là, leurs parents sont invités à contacter les autorités pour qu'ils reçoivent les services appropriés.

Toronto

Justice et faits divers