•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un organisme de soutien aux personnes handicapées offre beaucoup avec peu de sous

Faith Logan et Debra Lewis dans les locaux de l'organisme.
Faith Logan apprend à tricoter avec la conseillère Debra Lewis. Yukon Association for Community Living offre entre autres des activés de loisir. Photo: Radio-Canada / Claudiane Samson
Radio-Canada

Créé en 1964, l'organisme d'aide aux personnes handicapées Yukon Association for Community Living offre beaucoup de services avec un petit budget. La subvention de 42 400 $ qu'il vient de recevoir d'Ottawa a donc un impact considérable.

Plus d'un demi-siècle après la création de l'organisme, le président Patrice Berrel constate qu'il reste encore beaucoup à faire pour sensibiliser les gouvernements.

Le premier nom qu'on avait, c'était Association for retarded individuals. Alors, on a vraiment changé depuis ce temps! Mais tous les autres organismes ont été créés à partir de chez nous. On est très fiers de ce qu'on a pu gérer. Et maintenant, on est à un point où on aide plus de 500 individus par année avec un budget qui n'est pas bien haut.

Patrice Berrel, président, Yukon Association of Community Linving
Patrice Berrel dans les locaux de l'organisme.Patrice Berrel est président de l'organisme Yukon Association for Community Living qui soutient les personnes handicapées. Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Yukon Association of Community Living soutient les adultes qui vivent avec un handicap. « On représente tous les gens. C'est pas juste l'autisme, le syndrome d'alcoolisme foetal ou les difficultés d'apprentissage, [c'est] tout le monde, dit Patrice Berrel. S'ils viennent à travers la porte, on essaie de les aider autant qu'on peut. On gère toute la vie d'un individu. »

L'organisme offre du transport, par exemple, puisque la majorité de leurs quelque 500 clients annuels n'ont pas de voiture. Les travailleurs offrent un appui pour trouver de l'emploi grâce à certains partenariats avec des entreprises, de gérer les finances personnelles et des activités de loisir.

42 000 $ pour une salle de bain adaptée

Patrice Berrel, Mallory Pigage et Larry Bagnell devant la cuisine et la salle de bain rénovées.Le député fédéral Larry Bagnell (droite) annonce la subvention de 42 000$ pour les rénovations de la salle de bain et de la cuisine aux côtés de Mallory Pigage, une cliente (centre), et Patrice Berrel, président de l'organisme. Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

L'organisme a obtenu au cours de l'hiver une subvention gouvernementale de 42 400 $ du fédéral pour la rénovation de la cuisine et de la salle de bain qui n'étaient jusqu'ici pas facilement accessible aux personnes en fauteuil roulant ou utilisant une marchette. L'argent a également servi à installer un mécanisme qui permet aux personnes en fauteuil roulant d'ouvrir la porte des locaux et d'entrer sans assistance.

C'est pas beaucoup [d'argent], mais c'est important pour une personne avec un handicap de pouvoir aller à la salle de bain! Nous devons faire toutes les choses dans les édifices, dans la société, aussi dans les entreprises, pour que les personnes avec un handicap puissent participer dans la vie comme tout le monde.

Larry Bagnell, député fédéral du Yukon

Patrice Berrel apprécie avoir eu accès au Fonds fédéral pour l'accessibilité, mais admet que l'attente des subventions est difficile. Il évalue à environ 200 000 $ le budget annuel pour l'organisme qui compte cinq travailleurs.

Une affiche avec l'inscription Yukon association for community linving sur un mur près d'une porte d'entrée.Les locaux de l'organisme sans but lucratif sont situés au centre-ville de Whitehorse. Environ 500 personnes par année utilisent les services. Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

« Comme tous les organismes sans but lucratif, c'est dur. On essaye d'exister tant qu'on peut avec pas beaucoup d'argent. Mais on a fait beaucoup de progrès. »

Patrice Berrel a trois souhaits : « Tout le monde doit comprendre comment la vie de ces personnes est dure. Comme je dis, tout le monde va avoir un handicap avant de décéder. Ensuite, il faut de l'argent, du fédéral, du provincial et [du] municipal aussi. Et puis, que les entreprises prennent l'appui pour embaucher des personnes avec un handicap. »

Grand-Nord

Engagement communautaire