•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conte de Foé, la nouvelle pépite française

Le chanteur français Foé est assis de profil sur du sable, la jambe relevée, et regarde l'objectif.

Le chanteur français Foé

Photo : Louis Canadas

Radio-Canada

Si Hubert Lenoir, lauréat québécois du prix Félix-Leclerc de la chanson, s'est déjà fait un nom, peu dans la province connaissent Foé, vainqueur 2018 côté français. L'histoire de l'artiste de 21 ans vaut pourtant le détour, un rêve devenu réalité.

Un texte d’Antoine Aubert

Il l’avoue facilement, il ne connaissait pas Félix Leclerc avant de recevoir ce prix, le premier de sa jeune carrière. En un an et demi, tout a changé pour Foé, l’une des dernières pépites de la chanson française, qui tient une génération dorée (Eddy de Pretto et Juliette Armanet entre autres). Comme beaucoup de ses jeunes collègues, l’auteur-compositeur-interprète originaire de Toulouse mélange les genres musicaux, le tout servi par une surprenante voix grave.

Merci YouTube

Jusqu’à récemment, Nicolas Poyet était encore en train de suivre des cours de génie civil. La musique se passait surtout dans sa chambre et devant son ordinateur. Par le passé, ses parents lui avaient plus d’une fois dit de baisser le son, raconte-t-il au téléphone. Comme des milliers de jeunes, il enregistrait des reprises publiées sur YouTube « surtout pour les montrer aux amis ».

Puis le conte de fées est advenu : Chad Boccara, un producteur à la recherche de nouveaux visages, l’a remarqué, et leur rencontre a été décisive. Après un contrat signé avec l’étiquette tôt Ou tard, Nicolas est devenu Foé – hommage à l’auteur britannique de Robinson Crusoë, Daniel Defoe – et un microalbum est sorti en 2017. En avril 2018, place à Îl, opus de 11 chansons.

Du Stromae dans ce Foé

Parlant moins de lui que des autres, Foé aborde souvent des thèmes lourds, portés par cette voix habitée que certains comparent même à celle de Jacques Brel. Néanmoins, c’est surtout à Stromae que l’on pense en entendant ce ton presque sec et ce phrasé direct, qui se pose sur une musique qui alterne les styles (électro, classique, rap, pop).

Avec une jolie plume poétique – Le bouquet de pleurs en est l’une des plus belles illustrations –, Foé évoque le sida (Le mâle a dit), l’histoire d’amour de ses grands-parents (Nuria), les ruptures... des thèmes pas forcément nouveaux, mais auxquels il ajoute une vraie originalité.

Ainsi, Alors Lise évoque le chagrin d’un homme qui a vu partir sa fiancée…avec une autre fille. « C’est une histoire qui est arrivée à un ami », explique-t-il. Il a toutefois donné à la protagoniste principale le prénom de sa propre copine, qui en avait exprimé le souhait.

De l’anglais au français

Si le rock n’est pas présent dans Îl, les influences de Foé se nomment pourtant AC/DC, Red Hot Chili Peppers ou plus récemment Alt J. Ces préférences l’ont poussé dans un premier temps vers des créations uniquement en anglais. « C’était difficile à écouter », plaisante-t-il aujourd’hui.

La rencontre avec Chad Boccara l’a fait retourner vers les rives des mots français. « Il n’a fait qu’accélérer quelque chose qui se serait produit de toute façon », précise son protégé.

Quelques titres comportent encore des passages dans la langue de Brian Johnson et Anthony Kiedis. Tant dans Mommy, Running ou Qu’est-ce que t’as là?, ils permettent de rendre plus aériens des morceaux aux thèmes souvent sombres. « C’est une langue plus ronde alors que le français, lui, est bien plus incisif », indique Foé, dont la voix même perd de son intensité sombre au contact de l’anglais.

Le Québec, un rêve

Qui dit prix Félix-Leclerc dit participation aux Francos de Montréal pour les gagnants français (les Québécois vont, eux, aux Francofolies de La Rochelle). Le successeur de Juliette Armanet au palmarès est donc attendu dans la métropole l’été prochain.

C’est un peu le rêve américain pour un Français.

Foé, à propos du Québec

Foé en oublierait presque que sa distinction lui donne droit également à des subventions. « S’il avait fallu choisir le Québec et l’argent, j’aurais choisi le Québec », affirme-t-il.

En attendant, avant son rendez-vous montréalais et après avoir fait plusieurs fois la première partie du chanteur Vianney en France, Foé va enchaîner les concerts et les participations aux festivals dans son pays et en Belgique dans les prochains mois. De quoi faire connaître encore davantage le nouveau venu et son premier album réussi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts