•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des classes modulaires pour Rivière-du-Loup et Saint-Modeste

Classe modulaire à l'école Cardinal-Léger de Montréal.

Des classes modulaires comme celle-ci seront ajoutées à Saint-Modeste et Rivière-du-Loup.

Photo : CSMB

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Toujours sans nouvelle du ministère de l'Éducation concernant l'octroi de financement pour bâtir une nouvelle école à Rivière-du-Loup et agrandir celle de Saint-Modeste, la Commission scolaire Kamouraska se tourne vers les classes modulaires pour répondre à son besoin de classes supplémentaires pour sa clientèle.

Le directeur général de la Commission scolaire Kamouraska-Rivière-du-Loup, Yvan Tardif, affirme que 670 000 $ seront dépensés pour faire l'achat de six classes modulaires.

Ces modules seront répartis à parts égales entre l'école internationale Saint-François-Xavier de Rivière-du-Loup et l'école de Saint-Modeste.

Après avoir comparé les coûts de location versus l'achat d'unités modulaires sur quelques années, il a été convenu qu'il était plus économique d'en faire l'achat.

On a fait la démonstration que d'ici deux ans, à peine, les unités modulaires seraient payées donc la journée où on n'en aura plus besoin, on pourra en disposer ailleurs sur notre territoire ou n'importe où sur le territoire québécois, puisque c'est le ministère qui les finance.

Une citation de : Yvan Tardif, directeur général de la Commission scolaire Kamouraska-Rivière-du-Loup

Le contrat de construction des classes modulaires a été accordé à une entreprise de la région, le Groupe Caillouette et associés, de Rivière-Ouelle.

L'école de Saint-Modeste.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'école de Saint-Modeste.

Photo : Info-Dimanche / Cathy Gagnon

Yvan Tardif affirme cependant que cette solution est temporaire et ne durera pas plus de deux ans, dans un monde idéal.

« Si on avait une réponse positive pour une nouvelle école ou un agrandissement, on se dit que d'ici deux ans on aura procédé à la construction », explique-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !