•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Énergie NB : une hausse des tarifs le 1er juillet apparaît incertaine

Un compteur électronique d'électricité de la société Énergie NB

Rien n'indique pour le moment que la hausse des tarifs de l'électricité au Nouveau-Brunswick entrera en vigueur le 1er juillet.

Photo : Radio-Canada

CBC
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Néo-Brunswickois échapperont peut-être à la hausse des tarifs de l'électricité prévue pour le 1er juillet, comme cela a été le cas le 1er avril dernier, car la Commission de l'énergie et des services publics n'a pas encore pris une décision à ce sujet.

Le retard de la hausse des tarifs que demande la société Énergie NB équivaut pour elle à perdre des revenus de 50 000 $ par jour.

Ses abonnés évitent pour leur part de payer une hausse qui atteindrait 3 $ par mois dans le cas d’une facture mensuelle moyenne de 200 $.

François Beaulieu, vice-président de la Commission de l’énergie et des services publics, a déclaré que cette dernière allait prendre une décision le plus tôt possible. C’était le 10 mai, au moment où se terminait une longue audience au sujet d’Énergie NB, notamment sa demande de passer aux compteurs intelligents et d’augmenter ses tarifs de 1,5 %.

Mais aujourd’hui, c’est-à-dire près de sept semaines plus tard, la décision n’est pas encore prise. M. Beaulieu avait souligné qu’il fallait examiner un grand volume de documents, et que cela prendrait du temps.

Une audience prolongée

La Commission rend habituellement sa décision au moins quatre jours ouvrables avant la date prévue pour la hausse des tarifs, afin de laisser le temps à Énergie NB de faire le changement.

Il aurait donc fallu que la Commission rende sa décision lundi pour qu’Énergie NB augmente ses tarifs le 1er juillet, mais ce n’était toujours pas le cas en fin de journée mercredi.

Énergie NB espérait augmenter ses tarifs beaucoup plus tôt, le 1er avril, et elle avait présenté sa demande en octobre 2017.

François Beaulieu parle au public lors d'une audience de la CommissionAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

François Beaulieu (au centre), vice-président de la Commission de l’énergie et des services publics du Nouveau-Brunswick, a expliqué qu'il faudrait du temps pour rendre la décision.

Photo : CBC/Robert Jones

L’audience de la Commission, qui devait durer 12 jours en février, a toutefois duré 31 jours sur trois mois. Elle s’est terminée en mai.

L’examen de la proposition d’Énergie NB d’investir plus de 100 millions de dollars pour installer des compteurs intelligents chez ses abonnés a entraîné une prolongation de l’audience, qui s’est accentuée lorsque la demande de hausse des tarifs et certains problèmes sont arrivés sur le tapis.

Centrale nucléaire à l’arrêt

Énergie NB comptait sur des profits de 62,3 millions de dollars dans l’exercice courant si la hausse qu’elle demande entrait en vigueur le 1er avril. Le retard entraîne cette prévision à la baisse de 5 millions de dollars.

De plus, un arrêt de la centrale nucléaire de Point Lepreau pour des travaux d’entretien, ce printemps, a duré 18 jours de plus qu'on le prévoyait. La situation a accentué la pression sur les finances de la société d’énergie en attendant la décision de la Commission.

Un porte-parole d’Énergie NB a déclaré plus tôt ce mois-ci que cette dernière cherchait à estimer les coûts de cette interruption prolongée.

La centrale nucléaire Point Lepreau, au Nouveau-Brunswick.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Brett Plumemr a été embauché pour augmenter le rendement de la centrale nucléaire de Point Lepreau.

Photo : Radio-Canada

La société de la Couronne a déjà estimé dans le passé que l’arrêt de la centrale nucléaire lui coûtait 1 million de dollars par jour. L'arrêt imprévu de 18 jours risque donc de réduire encore ses prévisions de profits.

Le délai le plus court jusqu’à présent pour que la Commission rende une décision était de 31 jours, l’an dernier. Il lui est arrivé en 2015 de prendre une décision en 76 jours. Il y avait 48 jours, mercredi, que l’audience du printemps dernier s’est terminée.

D’après un reportage de Robert Jones

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !