•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avenir des hôpitaux de Saint-Quentin et de Grand-Sault est-il menacé?

Hôpital de Grand-Sault. Vue sur l'entrée de l'urgence.

L'hôpital de Grand-Sault au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Étienne Dumont

Radio-Canada

Le comité permanent de la santé de Saint-Quentin (CPSSQ) s'appuie sur un document pour dire que les autorités veulent transformer les hôpitaux de Grand-Sault et de Saint-Quentin en centre de soins de longue durée et en centre de santé communautaire, mais le document en question n'a aucune valeur, rétorque le Réseau de santé Vitalité.

Ce qui nous choque là-dedans c'est qu'on ne pensait pas que le gouvernement voulait aller si loin, a déclaré Joanne Fortin, présidente du CPSSQ, jeudi en présentant le document.

C’était vraiment ce document qui nous a mis la réalité en face, avoue Mme Fortin.

Le chat est sorti du sac.

Joanne Fortin, présidente du Comité permanent de la santé de Saint-Quentin
Joanne Fortin au micro.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Joanne Fortin espère qu'une association avec les autres petits hôpitaux francophones de la province pourra être faite pour faire avancer le dossier de la santé.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Le président d'Égalité santé en français, le Dr Hubert Dupuis, a renchéri en disant que ce document démontre qu'il y a un plan pour essayer de fermer les hôpitaux ruraux au Nouveau-Brunswick.

Un « document fictif », selon le Réseau Vitalité

Or le document en question est le résultat d'un travail préparé dans le cadre d'un cours à l'Université de Regina, répond le président-directeur général du Réseau de santé Vitalité, Gilles Lanteigne.

On simule un cas à partir d'une situation réelle.

Gilles Lanteigne, PDG du Réseau de santé Vitalité

Ce travail n'a pas été commandé par des décideurs dans le domaine de la santé au Nouveau-Brunswick, précise-t-il, et ne risque aucunement d'être mis en application.

C’est décevant d’entendre encore des propos alarmistes qui inquiètent les patients. Et nous, on veut les rassurer une fois de plus que le Réseau de la santé Vitalité est engagé fermement à développer une offre de services qui va répondre aux besoins de ces communautés-là. 

Le président du Réseau de santé Vitalité, Gilles Lanteigne en entrevueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président du Réseau de santé Vitalité, Gilles Lanteigne

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Gilles Lanteigne accuse d'ailleurs le CPSSQ et sa présidente, Joanne Fortin, de démagogie. Le comité et Mme Fortin, on voit qu’ils sont prêts à aller très loin pour mobiliser des gens, à partir d’informations qui ne sont pas adéquates, qui ne sont pas appropriées ou même vraies.

M. Lanteigne invite le comité et les gens de Saint-Quentin et de Grand-Sault à collaborer avec le Réseau de santé pour mieux cerner les besoins de leurs régions en matière de santé et pour adapter l'offre en conséquence.

Le système de santé dans leurs régions va nécessairement changer pour tenir compte de la difficulté de recruter des professionnels de la santé et de l'évolution technologique, dit-il, mais les hôpitaux de Grand-Sault et de Saint-Quentin vont conserver leur statut.

Il n’y a aucune menace; à plusieurs reprises, on l’a réaffirmé.

Nouveau-Brunswick

Hôpitaux