•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Ontarien accusé d’avoir tué un jeune Autochtone déclaré non coupable

Photo d'un homme en complet

Peter Khill sort du palais de justice.

Photo : CBC/Dan Taekema

Radio-Canada

Peter Khill, un homme de Hamilton, en Ontario, accusé d'avoir tué un jeune Autochtone qui tentait de voler son véhicule, a été disculpé de l'accusation de meurtre non prémédité qui pesait contre lui.

Les jurés ont rendu ce verdict mercredi, après avoir délibéré pendant moins de deux jours.

Le cas du jeune Autochtone Jon Styres avait été comparé à celui de Colten Boushie en Saskatchewan.

Photo d'un homme qui tient une femme par l'épaule sur la plage.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jon Styres a été tué le 4 février 2016.

Photo : Facebook

Légitime défense

Khill, un ancien réserviste de l'Armée canadienne, avait admis avoir tiré les deux coups de feu qui ont mis fin aux jours de Styres, alors âgé de 29 ans.

Toutefois, son avocat a soutenu durant le procès que son client de 28 ans avait agi en légitime défense la nuit fatidique du 4 février 2016, croyant que Styres était armé (il ne l'était pas) et ayant peur pour sa vie.

Khill a indiqué que sa copine et lui s’étaient fait réveiller par deux boums cette nuit-là. Lorsqu’ils ont regardé à l’extérieur, ils ont vu que les phares de sa vieille camionnette, garée dans son entrée, étaient allumés.

Photo de deux véhicules de police devant une demeureAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le corps de Jon Styres a été trouvé près de cette demeure à Glanbrook.

Photo : CBC/Tucker Wilson

Durant le procès, la Couronne n'a pas nié que Styres ait tenté de voler le véhicule, mais il a demandé aux 12 jurés de rejeter la thèse de la légitime défense.

Entraînement militaire

Khill, pour sa part, a affirmé que son entraînement militaire a pris le dessus lorsqu'il a vu qu'une personne tentait de partir avec sa camionnette.

Il a agrippé son fusil, qui était rangé dans le placard de sa chambre, et a couru à l'extérieur pour « affronter et détenir » le suspect. Il n'a pas appelé la police.

Les mains en l'air! a-t-il crié, avant d'ouvrir le feu quand Styres s'est brusquement retourné vers lui, selon Khill.

De son côté, la Couronne affirmait que Khill s'était « fait justice lui-même » plutôt que de communiquer avec le 911.

L'avocat de la défense, Jeffrey Manishen, a affirmé durant ses arguments finaux que son client ne pouvait pas savoir que la victime était un Autochtone, compte tenu de la noirceur.

La race n'a pas joué de rôle dans ce cas.

Jeffrey Manishen, avocat de la défense

Des proches de Khill se sont étreints en cour après la lecture du verdict, alors qu'une amie de la famille Styres s'est mise à pleurer.

Avec les informations de CBC

Toronto

Procès et poursuites