•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2000 Britanno-Colombiens ont accès à un médicament gratuit contre le VIH

Le Truvada, ou PrEP, réduit les risques de contracter le VIH de plus de 90 %.

Le Truvada, ou PrEP, réduit les risques de contracter le VIH de plus de 90 %.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Depuis janvier, plus de 2000 Britanno-Colombiens ont accès gratuitement à la prophylaxie préexposition, mieux connue sous l'acronyme anglais PrEP, un médicament qui réduit le risque qu'une personne séronégative soit infectée par le VIH.

« C'est une pilule prise une fois par jour, les études scientifiques ont démontré que ça réduit le taux de transmission du VIH de 90 % ou plus », explique le docteur Brian Conway, infectiologue au Centre des maladies infectieuses de Vancouver.

Le traitement est destiné aux séronégatifs susceptibles d'avoir des comportements à risques, comme des relations sexuelles non protégées ou le partage de seringues.

Au Centre d'excellence du VIH/sida de la Colombie-Britannique, les traitements PrEP font baisser de manière constante les nouveaux cas de VIH, de 92 à 99 % dans certains essais cliniques.

Cela marche et il faut que les autres suivent la Colombie-Britannique.

Adrian Dix, ministre de la Santé

Le coût du programme est de 700 000 $ et vise 5000 personnes. D'après des modèles mathématiques, fournir le PrEP à ce nombre de personnes pourrait contribuer à faire baisser de plus de 80 % le nombre des nouveaux cas de VIH.

Actuellement, environ 200 nouveaux cas de VIH sont constatés chaque année dans la province, comparativement à 900 au début de l'épidémie.

La majorité des nouveaux cas concernent des hommes qui ont des relations sexuelles avec d'autres hommes.

Avec le PrEP, les séropositifs qui sont traités cessent d'être contagieux et les séronégatifs ne sont plus susceptibles d'être infectés.

D’après un reportage de Pierre Martineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !