•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manger 100 % local pendant 100 jours en Mauricie

Stéphanie Dufresne inspecte une canne de sirop d'érable en compagnie du propriétaire du marché Notre-Dame
Pendant 100 jours, Stéphanie Dufresne s'est engagée à ne consommer que des aliments produits ou transformés par des producteurs de la Mauricie. Photo: Radio-Canada

La candidate du Parti vert dans Champlain, Stéphanie Dufresne, s'est lancé le défi de manger uniquement des produits locaux jusqu'à la veille des élections provinciales du 1er octobre. Par cet engagement politique, elle espère susciter une réflexion citoyenne.

Pas d’ananas, pas de banane, ni aucun fruit importé de l’étranger. Pendant 100 jours, la candidate du Parti vert s’engage à ne consommer que des aliments produits localement. Elle veut profiter de la campagne électorale pour alimenter la discussion autour des enjeux du transport des aliments et du suremballage, pour ne nommer que ceux-là.

« Je trouve que c'est une bonne façon de consolider le tissu social, d'encourager les entrepreneurs de la région. Il faut se le dire, les grandes surfaces vont vraiment extraire notre argent et l'envoyer ailleurs », ajoute-t-elle.

Stéphanie DufresneEn plus d'être candidate pour le Parti vert, Stéphanie Dufresne est coordonnatrice de projets en environnement. Photo : Radio-Canada

Cet engagement est doux aux oreille de Jean-François Cossette, le propriétaire du Marché Notre-Dame où sont vendus de nombreux produits locaux.

Tout le monde mange. Ça devrait être plus important, selon moi, l'agriculture en politique.

Jean-François Cossette, propriétaire du Marché Notre-Dame

Le coordonnateur du regroupement le Meilleur de l'industrie agroalimentaire de la Mauricie (MIAM), qui fait la promotion des aliments locaux de la région, salue lui aussi l’initiative de la candidate.

« C'est clairement possible de le faire en Mauricie, dit Christian Thivierge. Je dirais que c'est possible de le faire partout au Québec. À Trois-Rivières, il y a des facilités, il y a des producteurs maraîchers qui sont près de la ville, qui ont des kiosques à la ferme. »

Qu’elle soit élue ou non, Stéphanie Dufresne espère que son geste permettra de sensibiliser les citoyens de la Mauricie à cet enjeux qui lui tient à coeur.

Selon le reportage d'Amélie Desmarais

Mauricie et Centre du Québec

Alimentation