•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rétrospective de l'œuvre de Paul-Émile Borduas à Baie-Saint-Paul

« Musique acidulée », Paul-Émile Borduas, 1955

« Musique acidulée », Paul-Émile Borduas, 1955

Photo : Radio-Canada / Anne-Josée Cameron

Radio-Canada

Baie-Saint-Paul dans Charlevoix accueille ces jours-ci La révolution Borduas, première rétrospective consacrée au père du Refus global en 40 ans.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

Le Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul a présenté en ses murs plusieurs des signataires du Refus global. Il était donc plus que temps d'accueillir le chef de file des Automatistes, Paul-Émile Borduas.

« On voulait envoyer un message fort, explique Jacques Saint-Gelais Tremblay, directeur général sortant du musée. Borduas, c'est vraiment une prise de conscience contre l'obscurantisme intellectuel. C'est vraiment une prise de conscience d'un changement de société. »

« Soixante-dix ans après, ce message est toujours important. Nous, ce qu'on voulait, c'est que ces mots qu'il a écrits, ces œuvres qu'il a faites, reprennent leurs sens, particulièrement en cette période de fake news », ajoute M. Tremblay.

Il faut encore lutter contre l'obscurantisme.

Jacques Saint-Gelais Tremblay, au sujet de la pertinence du travail de Borduas.

Cette exposition a été un véritable défi pour le Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul. Tout d'abord en raison de la fragilité des œuvres, puisque plusieurs sont sur papier.

Ensuite, parce que ces pièces signées Borduas valent désormais beaucoup sur le marché de l'art.

Le musée a donc mis plusieurs années à monter et organiser cette exposition, « mais nous y sommes parvenus », avance fièrement l'instigateur du projet.

« La révolution Borduas : espaces et liberté » est une exposition présentée à Baie-Saint-Paul jusqu'au 4 novembre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La révolution Borduas, espaces et liberté est une exposition présentée à Baie-Saint-Paul jusqu'au 4 novembre.

Photo : Radio-Canada / Anne-Josée Cameron

La révolution Borduas comprend 60 tableaux, des photos, des sculptures et des aquarelles.

« Borduas a fait beaucoup de choses. Il a écrit, il a fait de la photo, il a fait de la sculpture. C'est un penseur, un sociologue. C'est le travailleur social de la peinture du Québec, affirme avec conviction Jacques Saint-Gelais Tremblay. C'est aussi un professeur; faut jamais l'oublier. »

Une exposition impressionnante

La révolution Borduas retrace le parcours de Paul-Émile Borduas, de ses débuts avec Ozias Leduc à son passage à l'École du meuble en passant par la parution du Refus global, l'exil à New York puis la fin de sa vie, à Paris.

« Miroir de givre », Paul-Émile Borduas,1954, New YorkAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Miroir de givre, Paul Borduas,1954 New York

Photo : Radio-Canada / Anne-Josée Cameron

Les tableaux témoignent de sa constante recherche picturale. Les œuvres figuratives du début sont très différentes des œuvres abstraites réalisées à la fin de sa vie.

La révolution Borduas est présentée au Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul jusqu'au 4 novembre prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Arts visuels