•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Près du quart des CHSLD sont en mauvais ou en très mauvais état

    Plusieurs balcons du CHSLD Nicolet, dans l'Est de Montréal, sont fermés en raison de leur mauvais état. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    L'état des centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) varie beaucoup d'une région à une autre, selon le premier bilan complet de l'état des bâtiments du secteur de la santé au Québec, qui montre que 23 % d'entre eux sont en mauvais ou en très mauvais état. Le gouvernement promet que la situation s'améliorera, parce qu'il dit avoir maintenant les moyens de faire les travaux nécessaires.

    Un texte de Davide Gentile

    En Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, 57 % des CHSLD sont en mauvais ou en très mauvais état. À l'opposé, on trouve la région de la Capitale-Nationale, où la proportion de bâtiments aussi mal en point est de 8 %.

    Le cas du CHSLD Nicolet

    Devant le bâtiment du CHSLD Nicolet, dans l'est de Montréal, de vieux papillons décolorés illustrent la volonté du personnel d'essayer d'égayer les lieux, mais les signes d'usure sont nombreux. Plusieurs balcons sont fermés parce qu'ils sont trop rouillés. En face du bâtiment, les deux balançoires sont brisées. À l'intérieur, la peinture est défraîchie et les espaces communs sont minuscules.

    Ce CHSLD a obtenu la cote « E » du Conseil du Trésor, ce qui veut dire qu'il est en « très mauvais état » ou « critique ». Québec estime que l'établissement, qui héberge 114 personnes, a besoin de 9 millions de dollars en travaux pour retrouver un état acceptable.

    Ces chiffres découlent de la première évaluation complète de tous les bâtiments du réseau de la santé et des services sociaux.


    Carte de l'état des CHSLD au Québec.Agrandir l’imageCarte de l'état des CHSLD au Québec Photo : Radio-Canada / Carto, Conseil du Trésor et MSSS

    La version originale de ce document a été modifiée. Pour des raisons techniques, la version interactive de la carte n'est plus disponible.

    L'est de Montréal et les banlieues

    Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Est-de-l'Île-de-Montréal compte 54 % des 26 bâtiments de CHSLD en mauvais ou en très mauvais état. Son PDG, Yvan Gendron, pense que Québec reconnaît que la situation dans ce coin pauvre de la métropole est critique.

    « On reçoit 35 % de l'enveloppe provinciale [pour les révocations] tellement nos bâtiments sont vétustes », dit-il. C'est d'ailleurs dans son CIUSSS qu'on trouve l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, qui doit faire l'objet de rénovations majeures.

    La région des Laurentides fait aussi face à un problème de vétusté : 38 % de ses CHSLD sont en mauvais ou en très mauvais état. C'est le cas du Centre d'hébergement de Labelle.

    De l'extérieur, le Centre d'hébergement de Labelle.Au Centre d'hébergement de Labelle, les corridors sont trop étroits et on retrouve encore des chambres où logent deux résidents. Photo : Radio-Canada

    Le cadre est enchanteur et le personnel, clairement dévoué, mais les corridors sont trop petits, et on y trouve encore des chambres à deux résidents. Certaines personnes âgées passent leurs dernières années dans un lit installé à une soixantaine de centimètres de leur voisin.

    Le président-directeur général adjoint du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides, Yves Saint-Onge, admet qu'il manque d'espace. « Aujourd'hui, on n'accepterait pas que des gens vivent dans des endroits aussi restreints, mais à Labelle, ils sont habitués à vivre dans ces milieux-là. Et des plaintes, on n'en a pratiquement pas. »

    Ce centre sera d'ailleurs fermé et démoli d'ici deux ans.

    Louer au privé

    Puisque le temps presse, certains cherchent d'autres options pour accélérer les choses.

    Le CISSS des Laurentides veut louer au secteur privé plutôt que de bâtir à ses frais un immeuble dont il serait propriétaire. Cependant, c'est le personnel syndiqué du Centre d'hébergement de Labelle qui continuera d'offrir les services dans le futur centre.

    Yves Saint-Onge affirme que cette nouvelle méthode permettrait de gagner beaucoup de temps. « C'est un modèle qui va nous prendre un an et demi avant le déménagement, au lieu de cinq à sept ans dans un modèle traditionnel », affirme le gestionnaire.

    Deux autres projets de CHSLD seront réalisés en louant des bâtiments au secteur privé dans les Laurentides.

    Les craintes de la CSN

    La Confédération des syndicats nationaux (CSN) s'inquiète de cette nouvelle formule de location de bâtiments qu'envisage aussi le CISSS de l'Estrie.

    « Il s'agit d'une autre forme de PPP [partenariat public-privé] », estime Jeff Begley, président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN). D'après lui, il existe « une expertise suffisante dans le secteur public » pour assurer l'entretien des immeubles du réseau de la santé et des services sociaux.

    Selon la FSSS-CSN, louer un bâtiment pourrait au bout du compte coûter plus cher que d'en construire un.

    Les CHSLD sont en cours d'amélioration, selon le gouvernement

    Selon le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, la situation va s'améliorer pour les CHSLD de la province.

    Il y a des milliards de travaux à faire. La bonne nouvelle, c’est qu’on a l’argent pour les faire. Un CHSLD neuf a été inauguré à Gaspé, il y en aura d’autres à faire. On va se mettre à l’oeuvre, on va tous les faire, partout au Québec.

    Philippe Couillard, premier ministre du Québec

    Le ministre de la Santé Gaétan Barrette a expliqué que l’un des CHSLD qui posait problème parce qu'il proposait des chambres regroupant six personnes était en reconstruction.

    Simon Jolin-Barrette, député de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la circonscription de Borduas, juge que la situation est « alarmante ».

    Cela signifie que, durant 15 ans, les libéraux n'ont pas entretenu le parc immobilier où nos aînés résident.

    Simon Jolin-Barrette, député de la CAQ
    Paul Brunet, président du Conseil de la protection des malades.

    Des choix budgétaires en question

    Au dire de Paul Brunet, président du Conseil pour la protection des malades, les progrès sont inexistants.

    D'après lui, dans au moins trois régions où le gouvernement avait annoncé de nouveaux lits, il n'y a pas eu de réelles avancées. « Le gouvernement a plutôt coupé 5000 lits depuis 10 ans », avance-t-il.

    Selon lui, des choix de budget ont contribué à cette situation délicate : « L’argent qu’on a mis chez les médecins nous a peut-être empêchés d’apporter des améliorations, non seulement à la structure, mais aussi à l’organisation [des CHSLD]. »

    Au cours des deux dernières années, Québec a investi près de 90 millions de dollars simplement pour ramener à un niveau acceptable les bâtiments du réseau de la santé qui sont en mauvais ou en très mauvais état. La province souhaite avoir terminé cette opération en 2022.

    Établissement de santé

    Santé